Dépêches AFP

Tchad: un an de prison ferme pour "séquestration" d'une mineure

08 novembre 2018 à 19h56 Par AFP
L'époux de la jeune Tchadienne Hawariya, qui l'accusait de l'avoir séquestrée et torturée plusieurs mois en 2016, a été condamné jeudi à un an de prison ferme pour "enlèvement et séquestration", a constaté l'AFP. Haroun Hissein a été condamné en appel par contumace à un an de prison ferme, 100.000 FCFA d'amende (152 euros) et 3,5 millions de FCFA (plus de 5.000 euros) de dommages et intérêts pour "séquestration et enlèvement de mineure", par le tribunal de grande instance de N'Djamena.La quatrième chambre de la Cour d'appel de ce tribunal a délivré un mandat d'arrêt à l'encontre de M. Hissein.Son avocat, Me. Aguide Messie, qui conteste le verdict, a saisi la justice en appel pour une audience prévue le 14 novembre auprès de la troisième chambre de la Cour d'appel.Me. Nicole Nadjiandoun, avocate de la partie civile, qui avait demandé 10 millions de FCFA de dommages et intérêts (plus de 1.500 euros), s'est déclarée "satisfaite" de la condamnation.Séquestrée, torturée pendant plusieurs mois en 2016 par Haroun Hissein alors qu'elle avait 14 ans, la jeune Hawariya Mahamat Abdoulaye et sa famille poursuivaient l'homme en justice depuis 2016 pour "détournement de mineure".Le mari avait été jugé "non coupable" en première instance en août 2017, le tribunal considérant l"'infraction non constituée". Le procès en appel avait été reporté neuf fois.M. Hissein avait été relaxé par la justice tchadienne le 29 octobre dans un dossier parallèle de corruption de magistrats.Hawariya, qui vit désormais avec sa famille à N'Djamena, confiait à l'AFP début octobre ne plus croire en la justice "corrompue" de son pays et craindre les représailles de M. Hissein, avec qui elle est toujours mariée.L'affaire a été très médiatisée au Tchad, tant les cas de jeunes filles mariées de force y sont nombreux. Après avoir porté plainte, Hawariya Mahamat Abdoulaye avait notamment accompagné la Première dame tchadienne, Hinda Déby, à un sommet de l'ONU à New-York en 2016 pour évoquer les violences faites aux jeunes filles.Au Tchad, 68% des femmes sont mariées avant leur majorité et celles-ci font l'objet de nombreuses violences, dont des mariages par rapt dans certaines communautés, selon l'Unicef.