Dépêches AFP

Tchad: huit ans de prison pour l'ex-rebelle Baba Laddé

06 décembre 2018 à 19h09 Par AFP
L'ex-chef rebelle tchadien Abdelkader Baba Laddé a été condamné jeudi à huit ans de prison ferme pour "détention illégale d'armes", "association de malfaiteurs", "incendie volontaire" ou encore "viol" par la cour criminelle à N'Djamena. Emprisonné depuis 2015 au Tchad, Baba Laddé a été présenté au juge de la cour pour la première fois depuis le début de sa détention.Il ne bénéficiait pas de l'amnistie générale pour les ex-rebelles décrétée en mai par le président tchadien Idriss Deby.L'état de santé de Baba Laddé avait inquiété en août le représentant tchadien de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), Dobiang Assingar.Il "est très malade, il vomit du sang", depuis son lieu de détention à Moussoro (centre-ouest), son état de santé est "critique", avait-il déclaré."Aucune maltraitance ne peut être administrée à la maison d'arrêt", avait pour sa part affirmé le ministre de la Justice, interrogé par l'AFP.Entré en rébellion en 1998 au Darfour, région de l'est soudanais, Baba Laddé - "père de la brousse" en langue peule - s'était rendu en Centrafrique en 2008 où il disait vouloir "libérer les peuls", des éleveurs de bétail transhumants.A l'époque, Baba Laddé était épaulé dans ce pays par Ali Darassa, désormais chef d'un des principaux groupes armés qui sévissent dans les provinces centrafricaines, le groupe Union pour la paix en Centrafrique (UPC).Revenu au Tchad en 2013 comme conseiller du Premier ministre, puis devenu préfet du département de Grande Sido (sud) en 2014 avant d'être démis de ses fonctions et de se réfugier en Centrafrique.Arrêté en décembre 2014 par les Casques bleus de la Minusca en Centrafrique, Baba Laddé a été extradé vers le Tchad en janvier 2015 et inculpé.Baba Laddé a passé plusieurs années au bagne de Koro Toro, situé dans le nord désertique du pays et connue au Tchad comme étant le lieu de détention le plus difficile du pays.