Dépêches AFP

Présidentielle au Nigeria: l'opposition met en garde contre l'achat de votes

06 décembre 2018 à 14h53 Par AFP
Le principal candidat de l'opposition à la présidentielle au Nigeria, Atiku Abubakar, qui affrontera le président Muhammadu Buhari, en lice pour sa propre succession, a mis en garde les électeurs contre l'achat de votes pour ce scrutin prévu en février. Atiku Abubakar, candidat du Parti Populaire Démocratique (PDP), a accusé le Congrès des Progressistes (APC, au pouvoir) d'avoir distribué de l'argent liquide pour influencer les électeurs. "Voilà ce que fait l'APC: ils achètent les cartes d'électeur. Ils vont venir vers vous et vous donner 10 (2 cts d'euros), 20 ou 50 nairas (12 cts) en échange de votre carte d'électeur", a-t-il lancé à ses partisans, lors d'un meeting de campagne mercredi à Ilorin (sud-ouest). "Ils achètent votre avenir", a-t-il dénoncé. Le parti au pouvoir n'a pour l'instant fait aucun commentaire, mais des mouvements de la société civile, ainsi que des observateurs locaux et internationaux ont déjà mentionné ce problème d'achat de votes lors des élections des gouverneurs des Etats d'Ekiti ou d'Osun, en juillet et septembre derniers. Dans l'Etat d'Ekiti, les deux partis (APC et PDP) ont été accusés d'offrir aux électeurs 3.000 à 5.000 nairas (7 à 12 euros) en échange de leur carte, une somme très importante pour la majorité des Nigérians qui vivent dans une très grande pauvreté. La pratique est répandue au Nigeria, et le candidat Abubakar a d'ailleurs été montré du doigt lui aussi lors des élections primaires de son parti.Richissime homme d'affaires et ancien vice-président d'Olusegun Obasanjo (1999-2007), ce milliardaire a la réputation d'être corrompu et d'avoir usé de sa position pour ses affaires personnelles, mais il a mis au défi quiconque d'apporter des preuves à ces soupçons. L'ancien général Buhari, 75 ans, avait été élu en 2015 sur la promesse d'éradiquer le "cancer de la corruption" dans ce pays de plus de 180 millions d'habitants et qui est le 1er producteur de pétrole en Afrique. Sur ce point, Atiku Abubakar affirme que "le Nigeria est dans une situation encore pire qu'en 2014". "Sur le plan économique, nous sommes le pays le plus pauvre au monde désormais. Et sur le plan sécuritaire, nous sommes dans l'une des périodes les plus dégradées que nous ayons jamais connues", déclare le candidat du PDP. Malgré une production de 2 millions de barils de brut par jour, le Nigeria est devenu cette année le pays avec le plus grand nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté (près de 87 millions), prenant la place de l'Inde, selon un rapport de l'ONG The World Poverty Clock.