Dépêches AFP

Kenya: découverte du corps d'une militante morte à la suite d'un avortement (police)

12 février 2019 à 17h07 Par AFP
Le corps d'une militante kenyane des droits humains, portée disparue depuis une semaine, a été retrouvé dans une morgue de Nairobi après une tentative d'avortement, interdit dans le pays, a annoncé mardi la police. La disparition de Caroline Mwatha avait été signalée par Amnesty International qui s'inquiétait, dans la mesure où la militante était engagée dans la dénonciation des exécutions extrajudiciaires pratiquées par la police kenyane.Pour l'instant, aucun lien de cause à effet n'apparaît entre le militantisme politique de la défunte et les raisons médicales de son décès.Caroline Mwatha était enceinte de cinq mois, a précisé à l'AFP une source policière.Le propriétaire de la clinique et un médecin ont avoué "avoir porté le cadavre à la morgue sous un faux nom en indiquant qu'elle était morte d'une diarrhée", selon la même source.Un porte-parole de la police, Charles Owino, a confirmé à l'AFP la mort et l'arrestation du propriétaire de la clinique et du médecin. "Ce sont eux qui ont amené les inspecteurs jusqu'à la morgue".Au Kenya, l'avortement est illégal, sauf si la vie de la femme est en danger. Plus de 400.000 avortements sont cependant effectués chaque année, estime le gouvernement.Selon l'organisation britannique Marie Stopes International (du nom d'une militante féministe) sept femmes meurent chaque jour au Kenya d'avortements qui tournent mal.