17 mars 2017

Plus de 40 réfugiés somaliens tués au large du Yémen

Les corps de réfugiés somaliens tués dans une attaque visant une embarcation de migrants en mer Rouge, au large du Yémen, le 17 mars 2017 ©AFP


Aden (AFP)

Plus de quarante réfugiés somaliens, dont des femmes et des enfants, ont été tués dans une attaque au large du Yémen, pays en guerre où 26 soldats ont péri vendredi dans une attaque rebelle.

Le conflit dévastateur au Yémen a éclaté après la conquête par les rebelles de vastes pans du territoire dont la capitale Sanaa et l’intervention militaire en mars 2015 d’une coalition arabe sous commandement saoudien pour aider le pouvoir à les stopper.

En dépit de cette guerre qui a fait près de 7.700 morts et provoqué la "pire crise humanitaire au monde" selon l’ONU, ce pays pauvre de la péninsule arabique continue d’attirer des réfugiés de la Corne de l’Afrique fuyant la misère.

L’embarcation, transportant quelque 140 réfugiés somaliens selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), a été touchée avant l’aube par des armes légères au large de Hodeida, dans l’ouest du Yémen.

Mais elle a réussi à accoster dans un port de la ville tenue par les rebelles chiites Houthis.

La responsabilité de l’attaque n’a pas été établie dans l’immédiat.Les rebelles ont en accusé la coalition arabe qui a aussitôt démenti.

"Il n’y a eu aucun tir de la coalition dans cette zone",a réagi à l’AFP le général saoudien Ahmed Assiri, porte-parole de la coalition, en récusant la version des Houthis parlant d’une attaque de l’aviation.

Il a souligné que cette zone était sous contrôle des rebelles et l’a qualifiée de "dangereuse et de lieu de trafic d’armes en l’absence de l’ONU".

Abdou Jihan, un garde-côte, a indiqué à l’AFP que son service avait été informé de l’arrivée dans le port de pêche de Hodeida de l’embarcation.

"En se rendant sur place, nous y avons trouvé de nombreuses dépouilles et des blessés qu’on a transportés dans les hôpitaux", a-t-il dit.

Au total, les corps des 42 réfugiés tués ont été retirés de la barque, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM) présente au Yémen.

- ’Scène déchirante’ -

Selon un responsable portuaire, des dizaines de survivants et trois trafiquants yéménites, ont été conduits en prison.

Plusieurs camps de réfugiés somaliens existent dans le sud du pays mais aucun dans la région de Hodeida, située plus au nord.

A Genève, un porte-parole de l’OIM (OIM) a dit croire que l’embarcation faisait route en direction du Soudan au moment de l’attaque.

"Ce n’était pas un bateau d’évacuation de l’OIM", a déclaré à la presse Joel Millman, dont l’organisation veille généralement à obtenir les autorisations des parties en guerre pour effectuer de telles opérations.

Le bureau à Sanaa du HCR a publié une série de tweets, se disant être "profondément affligé par les victimes civiles signalées lors d’un incident au large de Hodeida".

Il note que les "réfugiés et les demandeurs d’asile se tournent de plus en plus vers des itinéraires migratoires bien établis (...)" qui passent par la côte-ouest du Yémen".

Ce secteur est le théâtre d’une offensive gouvernementale visant à éloigner les rebelles du détroit stratégique de Bab al-Mandeb, séparant le Yémen de la Corne de l’Afrique.

Il est situé au sud de Hodeida et a connu de violents combats ces dernières 24 heures ayant fait 32 morts, dont dix civils, selon des sources militaires et hospitalières.

- 26 soldats tués -

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lui aussi "fermement condamné" l’attaque."C’était une scène déchirante.Beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts ; d’autres ont subi des blessures atroces", a dit Eric Christopher Wyss, délégué du CICR dépêché sur place pour porter secours aux survivants.

"Ces personnes tentaient de fuir la guerre, en quête de sécurité et d’une vie meilleure", a rappelé le directeur des opérations du CICR, Dominik Stillhart, en appelant à l’ouverture rapide d’une enquête.

Sur le front de guerre, les rebelles ont revendiqué une attaque à l’est de Sanaa, qui a visé la mosquée d’un camp militaire : 26 soldats ont été tués et 40 blessés, selon des sources hospitalières.

L’attaque aux missiles et aux tirs d’artillerie s’est produite dans la localité de Sarwah dans la province de Marib.

Dans la même rubrique :

  • Le journal BBC Afrique Matin

  • Le journal BBC Afrique Midi

Lire aussi...

Evra et l’OM se quittent
Patrice Evra et L’Olympique de Marseille : c’est terminé ! Dans un communiqué officiel, le club (...)
Puma s’offre MHD pour le nouveau maillot du Cameroun
Puma s’est offert un VRP de luxe pour la promotion du nouveau maillot de la sélection (...)
Exposition Afrika’s
Du 8 novembre au 8 décembre 2017, l’Hôtel Renaissance Paris République & la galerie Arts Design (...)
CAF Awards : Joueur Africain de l’Année 2017
La Confédération Africaine de Football a révélé les 30 joueurs, dans chaque catégorie, nommés pour (...)
Au Kivu, on viole et massacre dans un silence…assourdissant
Tribune de YAMINA BENGUIGUI Au Kivu, on viole et massacre dans un silence…assourdissant _ (...)