11 janvier 2017

RDC : 26 morts dans des affrontements en huit jours

Des soldats congolais, le 16 juillet 2013 en RDC ©AFP


Kinshasa (AFP)

26 personnes ont été tuées en huit jours dans des affrontements entre les forces de sécurité et les partisans d’un chef traditionnel tué en août au centre de la République démocratique du Congo, selon un bilan des autorités provinciales.

"Le bilan depuis le début de l’année 2017 est de 26 pertes en vies humaines dont 4 civils, 9 éléments des forces de l’ordre et 12 miliciens" ainsi que "l’épouse d’un chef de groupement", selon un communiqué dimanche du gouverneur Alex Kande de la province du Kasaï central (centre) parvenu à l’AFP mercredi.

"Le mouvement insurrectionnel de Kamwina Nsapu s’est anarchiquement transformé en guérilla meurtrière", déplore M. Kande, accusant "les miliciens" d’"enrôlement forcé des mineurs, l’utilisation des enfants et des femmes comme boucliers humains, (...) l’interception des trains, la destruction méchante d’édifices publics"."Six armes AK47 et 14 fusils de fabrication artisanale", ont été saisis, selon le communiqué.

Lundi, lors de la reprise des enseignements dans des écoles de Kananga, capitale du Kasaï Central, des heurts avaient éclaté entre les forces de sécurité et "les miliciens" qui empêchaient aux enfants de suivre les cours : "trois corps ont été retrouvés près de la rivière Ganza, dans la commune de Ganza", selon un responsable provincial à, l’AFP, sous couvert d’anonymat, corroboré par plusieurs témoignages d’habitants.

Depuis août, le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a dénombré au moins 140 personnes tuées dans des affrontements entre les forces de l’ordre et les partisans du chef coutumier Kamwina Nsapu qui se sont signalés dans trois provinces du centre de la RDC (Kasaï Central, Kasaï et Kasaï Oriental).

Le Kasaï central est considéré comme la base qui abrite le quartier général du mouvement du chef Kamwina Nsapu d’où part toutes ces violences qui sont pour l’heure "hors radars", selon Ocha.

Médecin âgé d’une trentaine d’années, le chef traditionnel Kamwina Nsapu a été tué dans une opération de police le 12 août 2016. Il était rentré en RDC en avril 2016 après un séjour en Afrique du Sud, et avait peu après lancé des appels à l’insurrection et à la "libération du Congo", dans un appel audio qui circule toujours sur les réseaux sociaux.

Dans la même rubrique :

  • Le journal BBC Afrique Matin

  • Le journal BBC Afrique Midi

Lire aussi...

Le groupe COFINA lance un appel pour nommer sa nouvelle institution consacrée aux femmes entrepreneures
La Compagnie Financière Africaine (COFINA), première institution africaine de mésofinance, annonce (...)
Femua 11 : Le premier ministre, parrain de cette nouvelle édition
On en sait plus sur la 11ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo. Le Premier (...)
Lancement du très attendu Marché Unique Africain du Transport Aérien
Aujourd’hui, lors d’un événement historique qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Éthiopie, à l’occasion (...)
Aurélien Duarte fait son Human SHOW à Paris !
C’est un sportif qui a tout gagné en pieds poings, septuple champion du monde de Kick-Boxing, (...)
Mohamed Salah, Le Pharaon devenu Roi
« Ne jamais cesser de rêver, ne jamais cesser d’y croire » Sourire angélique, costume sur mesure (...)