La Toubabesse
Voter
Louis-Ferdinand Despreez - Editions de la Différence

« Dans ce livre que tu vas lire, à la gloire des petites bordelles effrontées et des hoquets de l’Histoire, une autre Esther, une ancienne vierge de Johannesburg, blanche et belle à couper les poumons, fille de personne ou si peu, et devenue putain par nécessité, peut-être même aussi un peu par fainéantise, voire par indolence, se fait aimer à la folie d’un potentat africain vieillissant qui en fait son deuxième-bureau pour commencer, et ensuite sa légitime, en se débarrassant de sa vieille épouse vénale et aigrie […] Ce roitelet tropical aima tellement cette Esther du trottoir que, pour la garder près de lui et continuer à satisfaire sa libido ardente sans cesse revigorée par des décoctions de bois-bandé mitonnées par le médicastre du Palais, il la laissa, elle aussi, telle cette Esther du Livre, jouer à la princesse, mener les ministres de la République du bord de mer par le bout du nez, chicoter les excellences costumées et cravatées qui passaient au Palais, chambouler l’ordre bantou bien établi depuis fatigué, voire depuis kala-kala, vider les caisses de l’État à la brouette pour gaver à la louche les pauvres qui n’en avaient pas l’habitude, et s’en sont forcé- ment rendus malades, créer une milice de traîne-savates bêtes, ignares, méchants et sanguinaires, livrer la ville tropicale du bord de mer à la vindicte de la populace déguisée en libérateur idiosyncrasique, et idiot tout court, et foutre un bordel magistral dont on n’a pas fini de parler dans les chancelleries au pays des Blancs et surtout dans les lointains villages de l’estuaire et de la forêt primaire le soir à la veillée. »

Dans une langue « de malpoli », sorte de pidgin francoafricain exubérant et imagé, Louis-Ferdinand Despreez brosse le tableau très incorrect d’une Afrique excessive en tout, indocile et braillarde. Un roman cruel, grinçant et terriblement réjouissant…

Romancier sud-africain francophone, né en 1955, engagé dans l’ANC aux côtés de Nelson Mandela, Louis-Ferdinand Despreez a également été conseiller de plusieurs chefs d’État et gouvernements afri- cains. Il a parcouru pendant trois décennies le continent africain du Cap au Caire et de Zanzibar à Sao Tomé dans le cadre de ses médiations. Retraité de ses activités officielles, il vit aujourd’hui en Asie et se consacre à l’écriture et à sa passion de la navigation à bord d’un bateau d’exploration. Il a publié La Mémoire courte en 2006 et Le Noir qui marche à pied en 2008 chez Phébus. La Toubabesse est son troisième roman.

Lire aussi...

Là où le soleil disparaît
« En démarrant ce récit, je savais que les pages du génocide et du massacre de ma famille au (...)
Nouveaux Entretiens avec Maryse Condé
Dans ces Nouveaux Entretiens, Maryse Condé parle de ses oeuvres et de littérature, bien sûr ; (...)
Afriques, Entre puissance et vulnérabilité
L’Afrique contemporaine échappe aux représentations dominantes qui tentent de la saisir. Tel un (...)
Les médias français à l’épreuve des conflits africains (1994-2015)
À travers l’étude comparée d’une dizaine de crises (génocide Tutsi, 1èreguerre du Congo, guerres (...)
L’impérialisme postcolonial
L’impérialisme postcolonial n’est pas l’impérialisme qui viendrait après la colonisation. Il est (...)
Polyphonies du rap
À rebours des présupposés réduisant le rap à son image contestataire, ce dossier s’attache à (...)