Santé publique France : Nutrition et ramadan

Par superstagiaire2, le 2 juin 2016

EMISSION « LES RENDEZ-VOUS SANTÉ »
Podcast de l’émission en bas de page

INVITES  :
Stéphane BESANCON, nutritionniste et responsable de l’ONG Santé Diabète au Mali (au téléphone
Imam Abdelali Mamoun, téologien, il intervient chaque semaine sur Beur FM dans l’émission l’Islam au présent.
 
1/ Rappel : en quoi consiste le Ramadan ?
Dans quelques jours, 70% des Musulmans en France vont entamer le mois sacré du Ramadan, consacré notamment au jeûne alimentaire, à la retenue et à la spiritualité (c’est 70% des 3,5 millions de musulmans en France qui le font, soit 2,5 millions de personnes. Parmi les plus assidus, les 18-24 ans et les + de 55 ans. La pratique a fortement augmenté ces 20 dernières années).

2/ Dans quelles circonstances est-on exempté du Ramadan ?
Les règles concernant la dispense du Ramadan sont très clairement indiquées dans le Coran :
La Sourate II verset 183 précise : « si le jeûne peut altérer de manière significative la santé du jeûneur ou lorsque la personne est malade, l’Islam l’exempte du jeûne ».

Le jeûne ne doit pas mettre en péril la santé d’une personne.

Le ramadan est contre indiqué chez : les enfants, les personnes trop âgées (à cause du manque d’hydratation), toutes les femmes enceintes, et les personnes atteintes de maladies graves, ou diabétiques (qui suivent un traitement lourd).

3/ Diabète et ramadan

Les effets du ramadan sur l’organisme pour les personnes diabétiques :
Durant une période prolongée de jeûne, la personne diabétique ne pourra rien ingérer : ni de liquides, ni de solides. Le risque encouru est essentiellement un risque d’hypoglycémie, si le patient n’a pas pris soin de faire adapter son traitement avant le ramadan en concertation avec son médecin traitant ou diabétologue.

Pour tous les diabétiques, attention : Il est important de consulter son médecin généraliste ou diabétologue quelques mois avant le ramadan afin de vérifier avec lui les risques du jeûne sur le diabète. S’il est envisageable de le faire et si oui, dans quelles conditions ? Pour les diabétiques de type 1 sous Insuline, le ramadan est vraiment très dangereux.

Quelques conseils alimentaires pour les diabétiques qui vont faire le ramadan :
Dans tous les cas, il est important de consulter le médecin pour voir avec lui les possibilités de faire le ramadan ou non et d’adapter le traitement. On peut aussi voir la diététicienne pour voir les conseils alimentaires.

Il est essentiel d’avoir une alimentation équilibrée !

Surveillance régulière et renforcée de la glycémie par les dextro.
- Si hypoglycémie (inf 0.70g/l) : rompre le jeûne et prendre du sucre
- Si hyperglycémie (sup 3g/l) : rompre le jeûne également

Pas d’activité physique avant la rupture, et éviter au maximum l’exposition à la chaleur (risque de déshydratation). Le nutritionniste reviendra sur les adaptations de traitement dans cette partie.

4/ Pour les autres maladies, la prise de médicaments est-elle compatible avec le ramadan ?
Tout dépend des pathologies. Il n’est pas conseiller d’arrêter un traitement : mieux vaut donc consulter son médecin. Pour le traitement du VIH, ou les traitements contre le cancer par exemple, certains médicaments doivent absolument être pris au moment des repas, au risque de voir leur efficacité diminuer. Il est donc très important d’échanger avec le médecin traitant ou le spécialiste sur les possibilités de faire ou non le ramadan. Dans tous les cas, il vaut mieux en parler au médecin pour trouver une solution adaptée.

5/ Conseils nutritionnels pour mieux vivre le ramadan
Il est important de bien comprendre son corps et de bien s’alimenter le soir et le matin, pour réussir à mieux supporter la journée, qui peut être parfois pénible et difficile à cause du travail et de la chaleur…
D’autant que cette année, la période de jeûne ici est très longue, puisque c’est la période où les jours sont les plus longs… c’est évidemment beaucoup plus éprouvant…

Une alimentation équilibrée
Quand on a jeûné toute la journée, on a tendance à se jeter sur la nourriture le soir venu. Plats copieux, fritures, pâtisseries, l’alimentation pendant le Ramadan est souvent beaucoup plus riche que d’habitude et peut perturber l’organisme et le sommeil. Non seulement les aliments gras et sucrés peuvent entraîner une prise de poids, mais l’ingestion de sucres rapides peut provoquer des chutes de glycémie et ne comble pas la faim.

- Eviter de trop charger la table de repas.
- Il est très important de consommer des fruits, pour l’apport en vitamines et aussi et surtout des sucres lents.
- Il est important de bien manger avant le lever du soleil. Les plus courageux mettront le réveil pour s’offrir un bon petit-déjeuner avant le lever du soleil.
- Dans l’idéal, il faut continuer à faire trois repas par jour, mais à des horaires décalés.
- Eviter les pâtisseries, viennoiseries et le grignotage continue en soirée (dattes amandes, arachides…)

Bien s’hydrater
C’est essentiel, surtout en période estivale où les risques de déshydratation sont plus élevés. Du coucher au lever du soleil, il faut boire chaque jour au minimum 1,5 litre d’eau, la seule boisson indispensable. On évite de boire trop de thé sucré ou de café.

Privilégier le sommeil
Alimentation et sommeil sont décalés pendant le mois du ramadan. Repas copieux, veille, petit-déjeuner très matinal : les huit heures de sommeil recommandées sont mises à mal. Même si c’est compliqué, il faut éviter de se coucher le ventre trop plein, une alimentation riche trouble le sommeil.

Réduire les efforts physiques
Pas question d’aller faire un footing en plein soleil le ventre vide et sans s’hydrater après. Pendant le ramadan, l’organisme est ralenti par le jeûne observé pendant la journée. On réduit au maximum les efforts physiques et le sport, sous peine de se déshydrater et de faire un malaise.

photos de l'émission

1

écouter l'émission

Santé publique France : Nutrition et ramadan

Télécharger