Santé publique France : VIH, les avancées des traitements

Par superstagiaire2, le 19 mai 2016

EMISSION « LES RENDEZ VOUS SANTÉ » 19 mai 2016 : de 9h00 à 10h00
Podcast de l’émission en bas de page

LES INVITES :
Professeur Élisabeth Bouvet du Service des Maladies Infectieuses à l’hôpital Bichat, responsable du CEGGID.
Christophe, intervenant ligne SIDA INFO SERVICE.

1/ Le VIH/sida : les rappels importants
Vous voulez connaître les différences entre le VIH et le sida, savoir comment il se transmet, comprendre l’intérêt du test de dépistage ou apprendre à mettre un préservatif ?
Retrouvez toutes ces informations en regardant les vidéos de la série « Le virus du sida – Pour comprendre » en cliquant ici : https://www.youtube.com/watch?v=3oarumB5RLw&list=PLl00syIAMv7RcMiwjELGjEbk6_RrdB1Wy

2/ Rappel des chiffres en France
Environ 152.000 personnes vivent avec le VIH en France, environ 6 200 nouvelles infections découvertes chaque année… et pour pouvoir bénéficier des avancées des traitements, il faut bien sûr connaître son statut sérologique, donc se faire dépister... Mais on estime à environ 30.000 le nombre de personnes qui ignoreraient leur séropositivité.

Important : le préservatif reste la meilleure protection contre la transmission du VIH-Sida et des autres IST.

3/ Traitements curatifs : observance des traitements
Bien suivre son traitement : une condition d’efficacité.
Pour que le traitement contre le VIH-Sida soit efficace, les médicaments doivent être pris selon les indications du médecin, sans oubli ni arrêt. Lorsqu’une personne ne prend pas bien son traitement (elle l’oublie ou le partage avec une autre personne par exemple) cela diminue son efficacité. Si c’est le cas il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin car il y a toujours des solutions pour améliorer la situation. Pour s’assurer que tout va bien, des examens et des consultations de contrôle sont prévus deux à quatre fois par an en général.

Important : un traitement doit toujours être pris sur avis médical. Adapté à chacun, il est personnel. Quels que soient les médicaments, vous devez les prendre, ne pas les partager avec quelqu’un, ni les envoyer au pays. Cela pourrait être dangereux et inefficace.

4/ Les avancées des traitements curatifs  
Aujourd’hui les traitements contre le VIH sont efficaces, et beaucoup plus simples à prendre : de 1 à 3 médicaments par jour en une fois. Les traitements sont donc plus adaptés à la vie de tous les jours et permettent de continuer à travailler et d’avoir une vie de famille. Il y a 15 ans, il fallait prendre 15 médicaments ou plus par jour.
Les nouveaux traitements sont aussi mieux supportés : la fatigue, les nausées et les douleurs notamment, sont des effets secondaires moins fréquents. Si cela se produit tout de même, il faut en parler à son médecin qui pourra adapter le traitement pour qu’il soit mieux supporté.
Même si les traitements ne permettent pas de guérir du VIH-Sida, ils arrêtent la progression de la maladie et permettent de vivre la plupart du temps de la même manière qu’une personne non infectée par le virus.

5/ les traitements préventifs
Le TASP (TRAITEMENT utilisé comme PREVENTION) qui permet notamment à une personne séropositive de ne pas transmettre le virus à son partenaire grâce à la prise de traitements (baisse de la charge virale).

Le PTME - Prévention transmission du VIH mère-enfant
AUJOURD’HUI, UNE FEMME SEROPOSITIVE PEUT AVOIR DES ENFANTS SANS QU’ILS NAISSENT AVEC LE VIH.
La transmission mère-enfant se produit lorsqu’une femme séropositive transmet le virus à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement.
La prise d’un traitement antirétroviral pendant la grossesse, puis par l’enfant pendant ses 6 premières semaines, permet d’amener le taux de transmission à moins de 1% (quasi nul aujourd’hui).
Il est important de rappeler que la prévention est efficace si le traitement est débuté précocement, et si le statut sérologique de la mère est contrôlé avant l’accouchement.

Le TPE : Traitement Post Exposition au VIH
Le Traitement Post Exposition (TPE) est un traitement qui peut fortement réduire le risque de transmission du VIH en cas de prise de risque récente, datant de moins de 48h

6/ L’importance du dépistage
Aujourd’hui, les traitements sont efficaces et adaptés à chaque situation. Il est donc important de connaître son statut sérologique pour en bénéficier si nécessaire.

Où faire un test de dépistage ?

>>> Le médecin traitant fait une ordonnance et le test de dépistage est alors pratiqué dans un laboratoire d’analyses médicales. Ce test est remboursé à 100% par la Sécurité Sociale.
>>> Dans un CEGIDD - Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic - des infections par le VIH, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles. (le test est gratuit, anonyme, avec ou sans ordonnance, même pour un mineur, pour les personnes qui n’ont pas de couverture sociale, ou sans papiers.
>>> L’autotest VIH est un test rapide d’orientation diagnostique de l’infection du VIH à réaliser chez soi, à partir d’une simple goutte de sang prélevée à la pointe du doigt. il est disponible uniquement en pharmacie (ou sur leur site internet : www.autotest-sante.com), délivré sans ordonnance médicale. Son prix : entre 25 et 30 euros.

N° utiles 
Sida Info Service : 0800 840 800, (appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe).
www.santepubliquefrance.fr

photos de l'émission

1

écouter l'émission

Santé publique France : VIH, les avancées des traitements :

Télécharger
fin shoutbox -->