INPES : Les repas de fin d’année……

Par webmaster, le 17 décembre 2015

INTERVENANTS :

Stéphane Besançon, biologiste nutritionniste responsable de l’ONG Santé Diabète (l’ONG Santé Diabète a été fondée dans le but d’améliorer la prévention et la prise en charge du diabète en Afrique).

Roukiata Ouédraogo, comédienne, humoriste et passionnée de cuisine française et africaine.

Ca y est, nous y sommes bientôt…. les fêtes de fin d’année arrivent… la précipitation pour les achats de Noël, l’organisation des repas de fin d’année en famille, entre amis…

Les fêtes de fin d’année sont traditionnellement marquées par de longs repas familiaux où l’on fait facilement de petits excès alimentaires.
Les petits fours au foie gras et au saumon, les plats traditionnels, le champagne, l’alcool et le chocolat… voici à quoi peut ressemble la plupart de nos tables de fêtes…

Bien souvent, pendant cette période festive, notre alimentation est non seulement très riche en graisses saturées, mais elle est également appauvrie en fibres, vitamines et minéraux. De plus, notre organisme doit faire face à des quantités inhabituelles de nourriture. Comment gérer cela ? est-ce une fatalité ? Y-a t-il des trucs pour limiter les effets ?

Les repas de fêtes de fin d’année ont la réputation d’être plus copieux, plus riches et plus arrosés. Les tentations sont donc très grandes et nombreuses.

Entre le 24 et le 31 décembre (voire jusqu’aux premiers jours de janvier), la semaine s’annonce un peu chargée : on finit les restes, on grignote des chocolats, c’est parfois les vacances...bref c’est une période festive et on en profite. Des excès qui ne sont pas très bons pour la santé en général, et qui peuvent se transformer en cauchemar pour le foie et la digestion….

Durant cette période, c’est très difficile de rester raisonnable lorsqu’on est tenté par tous ces plats qui nous font tellement envie ? alors pour ne pas trop abuser.. quelles recettes plus légères peut on préparer ?

Quelques suggestions pour élaborer vos menus moins gras et moins sucrés et souvent moins chers…

Apéritif

Evitez les cacahuètes, chips et autres biscuits secs. Ces apéritifs industriels sont souvent trop salés, trop gras et n’apportent rien en termes nutritionnels.

Préférez le "fait maison", frais et original : assortiment de crudités (concombre, tomates, carottes, mozzarella… accompagnés de sauces légères au fromage frais et aux herbes).

Les recette festives ne sont pas forcément grasses – suggestions de la diététicienne

Entrée

Surtout si votre plat principal est plus riche, optez pour une entrée simple et légère. Feuilletés et autres beignets ne sont pas indispensables, car ils sont trop riches en lipides et en glucides.

Il existe des alternatives pour bien commencer votre repas : verrines, salade mesclun, salade d’épinards au choux rouge, et bien sûr les fruits de mer et les crustacés qui sont peu caloriques, à condition d’évitez la mayonnaise.

Quelques petites règles simples peuvent vous aider à mieux digérer

Tout d’abord, essayez de ne pas trop manger. Même si les quantités prévues sont souvent astronomiques, n’en profitez pas pour manger deux fois plus que d’ordinaire.

Quelles mesures doit-on prendre après tous ces abus pour que notre organisme récupère ?

Pour commencer, ne culpabilisez pas !! Le repas festif fait partie de la convivialité et c’est bon pour le moral ! reprendre une alimentation plus saine et moins riche…

Essayez de vous dégourdir les jambes entre chaque plat. Rester assis de longues heures sans bouger ne favorise pas la digestion. Prenez le prétexte d’aider votre hôte en cuisine pour sortir de table.


Préférez une infusion de plantes au café de fin de repas. Si vous recevez, proposez à vos invités des infusions élaborées pour faciliter la digestion. Elles permettront à vos convives d’allier plaisir et légèreté.

Attention à l’abus d’alcool…

Petit rappel sécurité routière… ne prenez pas le volant si vous avez consommé trop d’alcool.

Les fêtes sont propices à une consommation excessive d’alcool. Il existe cependant des solutions pour ne pas gâcher la fête :
La consommation d’alcool a une incidence grave sur la conduite. Elle provoque :
_ un rétrécissement du champ visuel ;
_ une modification de la perception du relief, de la profondeur et des distances ;
_ une augmentation de la sensibilité à l’éblouissement ;
_ une diminution de la vigilance et de la résistance à la fatigue ;
_ une perturbation de la coordination des mouvements ;

** Attention, pour les personnes atteintes de diabète, de maladies cardio vasculaires, il est important de rappeler quelques règles alimentaires pour adapter le repas pour éviter l’hyperglycémie et contrôler son poids. Il est important d’écouter son médecin traitant pour bien respecter les consignes et ne pas se mettre en danger…

(Pour encore plus de sécurité et pour passer les fêtes en toute tranquillité, il peut être judicieux d’adapter son traitement. Car même si vous faîtes attention à ce que vous mangez, les repas de fêtes ne sont pas comme les autres. On mange quand même un peu plus que d’habitude, la durée des repas est plus longue et on se couche souvent plus tard).

www.lasantepourtous.com

www.mangerbouger.fr

photos de l'émission

1

écouter l'émission

INPES : Les repas de fin d’année...

Télécharger