Santé publique France : Les addictions aux jeux d’argent et paris en ligne

Par webmaster, le 21 juillet 2016

Dr Marc Valleur, psychiatre, directeur médical de l’hôpital Marmottan à Paris (Centre de soins et d’accompagnement des pratiques addictives).

Véronique Bony, directrice d’addictions jeux drogues alcool info service qui gère notamment le site joueurinfoservice.

Ce matin, nous allons parler des addictions aux jeux, et plus particulièrement aux jeux d’argent et aux paris sportifs en ligne. Comment ce qui apparaît d’abord comme un loisir peut devenir une maladie ?

Une étude du mois d’avril 2015 menée par l’Observatoire des Jeux et par l’INPES montre globalement que les Français jouent plus souvent qu’en 2010 : 56% des Français ont joué au moins 1 fois au jeu alors qu’en 2010, ils n’étaient que 46%. Les Français jouent plus et ils dépensent plus. La part des joueurs dépensant plus de 1500 euros par an était de 1,8% en 2010, alors qu’en 2014 ils sont 7,2%.

Les jeux d’argent

La pratique des jeux de hasard et d’argent, qu’il s’agisse de la loterie nationale, des jeux de grattage, des paris hippiques, des paris sportifs, du poker ou encore des machines à sous dans les casinos est une habitude assez répandue en France. Il faut noter que les jeux de loterie (tirage ou grattage) sont très loin devant les paris hippiques ou sportifs, les jeux de casino ou le poker.

Ainsi plus de la moitié des adultes français (27 millions en 2011) jouent au moins une fois par an à l’un ou l’autre de ces jeux, au PMU, chez les marchands de tabac, dans les casinos ou en ligne sur des sites internet.

Alors quand peut-on dire que le jeu est une addiction ?

Le jeu reste un loisir, une passion, une source d’excitation ou de détente pour la majorité des joueurs. Mais avec les jeux d’argent et de hasard, quand le rythme s’accélère, quand on commence à perdre des sommes importantes on peut se demander si le jeu reste un loisir ou s’il ne devient pas un problème.

Comment devient-on addict aux jeux ?
Comment passe t-on d’un acte de plaisir à des comportements mettant en péril toute une famille (à cause de la perte d’argent et de dépenses trop importantes chaque mois.

Les conséquences financières et sociales sont impressionnantes : enfants, parfois en bas âge, qui ne sont plus nourris correctement ; loyers impayés…


Quels sont les signes qui peuvent alerter ?
vous jouez plus d’argent que prévu,
vous jouez plus de temps que prévu,
votre entourage vous fait des reproches.,
Quand le jeu n’est plus jeu.

Comment arrêter ?
Arrêter de jouer est une décision difficile à prendre qui suppose que le joueur soit prêt à changer ses habitudes de vie. Il faut donc en prendre conscience et s’y préparer.
A quoi faut-il renoncer ? Dans un 1er temps faire le deuil de l’argent perdu, éviter les situations difficiles de tentation…
Comment occuper le temps après l’arrêt du jeu ? l’arrêt du jeu laisse un grand vide dans la vie d’un joueur, il faut combler ce temps par d’autres activités…
En parler et se faire accompagner : il est essentiel de parler et de ne pas rester seul, de trouver du soutien pour le joueur et pour son entourage.

Le médecin traitant peut être le premier interlocuteur. Il vous posera des questions pour évaluer la situation….et vous conseillera. Ne pas avoir honte d’en parler… il ne faut pas rester seul face à ce problème.

Présentation de Joueur info service : www.joueurinfoservice.fr
Un site d’information et d’assistance aux joueurs en difficulté et à leur entourage, une ligne d’écoute 09 74 75 13 13.

Combien de personnes en France sont touchées par une addiction au jeu ?

Le PMU et l’Afrique : les Africains ont une culture du jeu. En Afrique on joue beaucoup et notamment au PMU, à travers des sociétés nationales d’Afrique. _ Lorsque les paris sur les courses hippiques arrivent en Afrique subsaharienne, il y a une vingtaine d’années, les sociétés de jeux existent déjà depuis les indépendances, comme la Loterie nationale au Congo-Kinshasa, créée en 1962 et aujourd’hui dénommée Sonal. Leur seul produit à l’époque : les jeux de grattage. L’arrivée du PMU va révolutionner le jeu d’argent. C’est toujours le cas aujourd’hui.

Quelles sont les aides : www.joueurs-info-service.fr – 09 74 75 13 13
Hopital Marmottan, centre de soins et d’accompagnement des pratiques addictives : 17-19 rue d’Armaillé 75017 Paris - 01 45 74 00 04

photos de l'émission

1

écouter l'émission

Santé publique France : Les addictions aux jeux d’argent et paris en ligne

Télécharger