INPES - Alcool

Par superstagiaire2, le 19 novembre 2015

INTERVENANTS   :
Nicolas Bonnet, Pharmacien de santé publique spécialisé en addictologie. Responsable de la consultation "jeunes consommateurs" à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière et directeur du réseau Respadd, le réseau des établissements pour la prévention des addictions fédérant plus de 800 établissements.

Bernard Basset, Médecin spécialiste en santé publique, responsable national de l’ANPAA, principale association nationale dans le champ des addictions.

Véronique Bony, directrice d’addictions drogues alcool info service qui gère notamment le site alcool info service (www.alcoolinfoservice.fr)

**

Prendre un verre entre amis, c’est très agréable. Mais quand on se laisse entraîner à en boire plusieurs d’affilée, parfois même tous les jours, ça peut devenir un véritable problème. A partir de combien de verres, une consommation devient-elle excessive ? quand devient-on dépendant de l’alcool ? quelles sont les conséquences pour la santé ? comment s’en sortir ?

Quelques chiffres : il faut savoir que l’alcool est responsable d’environ
49 000 décès par an, par cancer, cirrhose, psychose et dépendance alcoolique. Ces décès touchent principalement les hommes d’âge moyen. La consommation excessive d’alcool entraîne également des dommages importants dans les milieux familiaux, les milieux professionnels : par des actes violents, des accidents domestiques, des accidents de la route, et une grande précarité et solitude pour certaines personnes très dépendantes de l’alcool.

La consommation d’alcool provoque souvent un effet de détente et de gaité. Puis, avec les verres qui se succèdent, l’état d’ivresse s’installe.

Beaucoup pensent par exemple que les personnes vivant en Afrique ne consomment quasiment pas d’alcool mais une étude de l’OMS sortie en 2014 a bouleversé les idées reçues parce qu’elle montre notamment qu’au Mali, au Tchad et en Gambie, la consommation moyenne d’alcool dépasse celle des plus grands consommateur d’alcool au monde.

Ces 3 pays consomment environ 30 litres d’alcool pur par an, contre 13L pour les Français buveurs d’alcool, mais environ 90% des Africains se déclarent abstinents contre …. 5% des Français..

Cela montre que les Africains boivent moins que les Français globalement, mais quand ils boivent ils boivent beaucoup… avec les conséquences que ça peut entraîner…

Avant toute chose, essayons de mieux comprendre le mécanisme de l’alcool sur l’organisme.

Quelques minutes après sa consommation, l’alcool est transporté par le sang dans tout l’organisme, notamment au niveau du cerveau.
L’alcool agit sur le fonctionnement du cerveau : il modifie la conscience et les perceptions et de ce fait, les comportements. À faibles doses, l’alcool procure une sensation de détente, d’euphorie, voire d’excitation. Dès lors, on se sent désinhibé, les réflexes diminuent. À plus fortes doses, apparaissent une mauvaise coordination des mouvements, une élocution troublée, une diminution des réflexes et de la vigilance, un état de somnolence, etc.

La dépendance à l’alcool ou « alcoolo-dépendance » est définie par un besoin - une nécessité - de boire qui peut cohabiter avec l’envie d’arrêter ou de reprendre le contrôle de sa consommation.

Quelles sont les principales conséquences de l’alcool

 L’alcool a deux types d’effets :
Des effets immédiats, très rapidement après avoir consommé

L’alcool a des effets immédiats, essentiellement sur le cerveau, qui se manifestent quelques minutes après la consommation et qui peuvent durer plusieurs heures.

Durant toute cette période, le fonctionnement du cerveau et les comportements se modifie de façon suivante : quelques exemples…

L’alcool au volant : même si la personne ne s’en rend pas compte, les effets de l’alcool commencent à apparaître dès le premier verre.

Les actes de violence : de par son action sur le fonctionnement du cerveau, l’alcool peut modifier les réactions face à une situation donnée. Elle aura donc tendance à « perdre son sang-froid » plus rapidement, à réagir de façon plus extrême ou plus agressive, en comparaison de ce qu’elle aurait fait si elle n’avait pas consommé d’alcool.

Impact de l’alcool sur la sexualité ? : bien que l’alcool désinhibe, c’est-à-dire qu’il puisse aider à se sentir plus à l’aise, il peut également perturber l’érection chez l’homme et diminuer le plaisir chez la femme.

Comment s’installe la dépendance ?

La dépendance à l’alcool s’installe souvent de manière insidieuse. Cela peut prendre des années avant que la personne qui boit ou son entourage prennent réellement conscience de son existence. L’alcoolisme est souvent nié, à la fois par la personne concernée ou la famille. Il est donc très difficile d’amener une personne concernée à en parler à un médecin, à un spécialiste.

Quand l’alcool devient un besoin quotidien

À plus ou moins long terme, l’alcool prend le dessus et la personne devient dépendante.
Tout d’abord, elle s’habitue à l’alcool et développe une tolérance. Cela signifie qu’elle doit boire des quantités plus importantes d’alcool pour ressentir les effets qu’elle recherche. Il vient ensuite un moment où elle ne boit plus pour ce que lui procure l’alcool mais parce que cela devient une nécessité. Elle cherche à éviter le manque, qui se manifeste notamment par des suées, des tremblements, des vertiges.

Comment se sortir de l’alcool, à qui s’adresser ? quelle attitude avoir avec un proche, un enfant qui boit trop ?

www.alcool info service.fr

Le dispositif sera présenté en détail par téléphone par Véronique Bony.
Un dispositif d’information, d’accompagnement et forum de discussion
.

(une plateforme d’information, un chat, des conseillers par téléphone, des questions/réponses, toutes les adresses utiles, une évaluation de sa consommation d’alcool afin de savoir où l’on en est …).

Vous sentez que votre consommation devient problématique, que les relations avec vos proches se tendent, que l’alcool vous isole de plus en plus, que vos amis vous évitent, que ça commence à vous jouer des tours dans votre travail…

* Vous ne supporter plus de boire en cachette, vous savez au fond de vous, que ça ne peut plus durer… alors consulter votre médecin traitant qui vous adressera à un service d’alcoologie à l’hôpital ou à un centre de soins spécialisés.

* Que peut-on conseiller aux auditeurs qui nous écoutent qui sont de près ou de loin concernés par l’alcool, de réagir face à un proche ou un conjoint, un enfant qui boirait trop et qui le nierait ?Quelle attitude avoir ?

Rappel contacts :
www.lasantepourtous.fr
www.alcoolinfoservice.fr
Alcool Info service – 0980 980 930 – de 8h à 2h du matin, appel non surtaxé.

photos de l'émission

1

écouter l'émission

INPES - Alcool

Télécharger