Santé publique France - Nutrition : les faux-semblants, l’industrialisation de l’alimentation

Par webmaster, le 1er septembre 2016

INTERVENANTS :
Mme Adèle Irénée Gremombo, ingénieur agronome nutritionniste - INVS
Stéphane Besançon au téléphone du Mali, directeur de l’ONG santé Diabète et nutritionniste

Ce matin nous allons parler nutrition et plus particulièrement vous alerter sur ce que l’agroalimentaire et les distributeurs arrivent à nous faire croire sur ce qui est bon pour la santé, soit en inscrivant des slogans un peu « bidon » sur les emballages, ou grâce à des campagnes publicitaires qui nous vantent des produits qui sont bons pour la santé, des produits qui soignent notre organisme, des produits qui permettent de maigrir, des produits qui permettent de mieux grandir pour nos enfants… enfin bref, le meilleur moyen pour cette grande industrie, que nous consommateurs soyons plus enclin à acheter leurs produits…

Aujourd’hui, plus que jamais alimentation et santé vont ensemble… cela est vrai et démontré, en revanche, il ne suffit pas d’acheter des produits industrialisés qui vantent leurs bienfaits pour rester en bonne santé. Nous essaierons dans cette émission de mieux comprendre les stratégies de ventes de l’agroalimentaire, pour nous forcer la main tout en nous faisant croire que c’est pour notre santé, et vous alerter sur ce qui est vraiment bon pour vous et votre santé…

Avec notre alimentation moderne, c’est à dire avec de plus en plus de produits modifiés, transformés contenant de plus en plus d’additifs, de conservants, de pesticides, des aliments riches en calories vides, appauvris en vitamines, pauvres en fibres… les équilibres de notre alimentation ont été ainsi rompue. Pourtant nous devrions sans doute tous revenir à certains grands principes alimentaires pour vivre mieux et plus longtemps…

En revanche l’agroalimentaire a bien compris que tout se jouait sur les produits de consommation courante vendus et sur comment nous les proposer... c’est ce qu’on appelle les allégations nutritionnelles. Ce sont des messages qu’on entend dans les publicités ou qui sont écrits sur les emballages, par exemples : « riches en vitamines, riche en calcium, riches en fibres, source d’oméga 3, allégés en sucres, sans sucres, sans sel, à teneur réduite en sel, vertus drainantes..

Attention également à ce qui n’est pas dit ! un aliment vanté à la télévision comme « riche en calcium » par exemple, est peut être plein de sucres et de matières grasses ou de sel… et cela, à priori, on ne vous le dit pas. Il est souvent trompeur de réduire un aliment à l’une de ses composantes nutritionnelles.

Attentions les fabricants ont plus d’un tour dans leur sac… notamment pour vanter les produits light qui vont vous aider à maigrir et toutes les publicités destinées à bien nourrir vos enfants, pour qu’ils s’épanouissent bien et en bonne santé…

Les produits allégés font-ils maigrir ?
Non. Les produits allégés ne font pas maigrir. Sur différentes études de consommation qui montrent qu’un produit allégé est consommé en plus grande quantité. L’allégation « allégé » lève un frein psychologique qui permet d’en manger plus sans culpabiliser.

Un édulcorant est-il vraiment sans calorie ? Non. Ils ne le sont pas tous.
Puis-je faire confiance à un produit « ligne » ou « minceur » ? Non. Pas pour le moment car la loi n’encadre pas ces affirmations là. Dans ce flou juridique, les marques en profitent pour revendiquer des noms de marque ou de produit qui sont des allégations déguisées.

Alors y a t-il un intérêt à manger des chips allégées ou des plats allégés ? Oui. Si vous aimez manger de la nourriture industrielle, avec des additifs pour améliorer le goût et la texture, un peu plus chère et avec 5% de calories en moins…

Le moment est sans doute venu de réfléchir chacun sur la nécessité de passer à une nouvelle transition alimentaire. Cette course folle à une production sans limites, elle nous conduit à une agriculture qui souffre et qui pollue, une trop grande part de l’offre alimentaire est sans valeur nutritionnelle, de nombreuses formes de malnutrition persistent, et l’obésité progresse… les choses doivent changer et nous sommes tous concernés.. alors essayons de mieux consommer et de privilégier des produits sains, plus variés…. qui seront aussi pour beaucoup moins chers..

Alors refaisons la cuisine, même simple, préparons nous-mêmes nos plats… éviter de grignoter des produits trop salés et trop gras, des produits trop sucrés. Arrêtons de consommer des produits light pour se donner bonne conscience…. Privilégions les légumes surgelés ou en conserve, les fruits….

Le sel et le sucre sont en plus addictifs… ce qui fait qu’aujourd’hui nous consommons de plus en plus salé et sucré et notre corps en redemande toujours…
Il est important de rappeler que cuisiner des produits frais ou surgelés ou en conserve c’est essentiel. Il faut absolument éviter le plus possible de consommer des produits transformés… Il est tout à fait possible de cuisiner des choses simples et bonnes sans que cela prenne des heures, ni que cela coûte cher.

Les produits surgelés sont bons si vous choisissez un seul ingrédient : les légumes par exemples mais pas préparés, le poisson, la viande, mais pas transformés.

Rappel : alors c’est quoi bien manger ? selon le PNSS
Bien manger, c’est adopter une alimentation variée et équilibrée, c’est-à-dire manger de tout mais en quantités adaptées. Cela consiste à privilégier les aliments bénéfiques à notre santé (fruits, légumes, féculents, poissons…) et à limiter la consommation de produits sucrés (confiseries, boissons sucrées…), salés (gâteaux apéritifs, chips…) et gras (charcuterie, beurre, crème…). Eviter le plus possible les produits transformés…

Cet équilibre alimentaire ne se construit ni sur un repas ou ni sur une journée mais plutôt sur plusieurs jours, voire la semaine. C’est pour cela qu’il n’existe ni aliment interdit, ni aliment miracle. Ainsi, à l’occasion, un repas festif peut être compensé avec des repas plus légers par la suite.

Combinée à une activité physique régulière, une alimentation adaptée contribue à limiter la prise de poids mais également un certain nombre de problèmes de santé comme les cancers, le diabète de type 2, l’excès de cholestérol, les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose…

Le PNSS, le programme national nutrition santé propose 8 repères clés nécessaires à un bon équilibre alimentaire et 1 repère dédié à l’activité physique. Pour les mettre en pratique au quotidien, rendez-vous dans la Fabrique à menus et consultez les recettes du Mag’ sur le site www.mangerbouger.fr

_ Les fruits et légumes : au moins 5 par jour
_ Les produits laitiers : 3 par jour (3 ou 4 pour les enfants ou les adolescents)
_ Les féculents à chaque repas et selon l’appétit
_ Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour
_ Matières grasses : à limiter
_ Produits sucrés à limiter
_ Sel : à limiter
_ Eau : à volonté pendant et entre les repas
Activité physique : au moins l’équivalent de 30 min. de marche rapide par jour pour les adultes (au moins 1 heure pour les enfants et les adolescents)

Contacts utiles :
www.lasantepourtous.fr
www.mangerbouger.fr

photos de l'émission

1

écouter l'émission

Santé publique France - Nutrition : les faux-semblants, l’industrialisation de l’alimentation

Télécharger