La mode by Fall Touré

Par Essi GNAGLOM, le 19 août 2015

La mode by Fall Touré.

Interview

Depuis combien de temps faites-vous ce métier ?

J’ai eu mon diplôme de styliste en 1999 et présenté ma toute première collection "Kilimandjaro" cette année, c’est-à-dire il y a 16 ans.

Comment s’est passé vos débuts dans la mode ?

Je me suis lancé immédiatement l’année de mon diplôme, dans la joie, l’insouciance où je ne cherchais forcement pas à gagner de l’argent mais plutôt à créer et à faire plaisir aux gens lors des défilés. J’ai eu la chance d’avoir participé au Kora Fashion Awards en 2000. Les choses se sont accélérées par la suite. J’ai eu à créer des tenues pour les campagnes de publicité de la marque Vlisco. En 2003, était l’ouverture de mon premier showroom dans le quartier des créateurs au centre de Bruxelles.
Cela n’a pas été facile. Se lancer en indépendant surtout étant l’un des premiers styliste africains en Belgique, et en pus n’ayant personne derrière soit, ni la presse, ni un financier ou conseiller, je vous avoue que c’était difficile. Il y a eu souvent des mois ou je n’arrivais à payer le loyer et fallait se rattraper le mois suivant ou d’après... Des proches m’ont même conseillé de laisser tomber pour chercher un vrai job (sourire). Je suis un artiste né alors j’ai tenue, persévéré malgré les difficultés.
J’ai beaucoup appris de cette période qui m’a énormément former pour la suite.

Comment défissiez-vous votre style ?

Mon style est Urban-Class et intemporel : Un style qui ne se démode pas parce-que pour la mode ce n’est pas ce que tout le monde porte au même moment mais plutôt ce qui est unique. Je fais plus des pièces uniques et parfois j’en fais plusieurs en série limité. Mes modèles sont portable aussi bien pour aller au travail qu’à une fête.

Quel est ton regard sur la mode africaine ?

Je préfère dire « La mode made in Africa » ou « La mode en Afrique » parce-que je n’aime pas le terme "mode Africaine" qui ghettoïse ce que font les créateurs africains. Le styliste africain est comme tous les autres styles. Il ne fait pas une mode seulement pour les africains. On s’inspire de l’Afrique en utilisant des matières africaine. Voilà ce que nous devons enseigner dans nos quelques écoles de modes en Afrique. La mode en Afrique a beaucoup évolué, et commence à s’ouvrir au monde sans complexe.
Nous devons tout faire pour avoir des industries de textiles et de confections en Afrique pour accélérer cette tendance.

Quel couturier vous a inspiré ?

John Gallino, pour sa créativité et son coté ouvert sur le monde...Jean P.Gaultier, pour son coté excentrique et son courage car ses débuts n’ont pas été de tout repos.
Il y a aussi Georgio Armani. Il est le top des Top pour moi, ses lignes épurés, classique et sobre. Le fait d’avoir construit l’empire Armani et d’être le seul maître à bord fait de lui quelqu’un d’intelligent, cela le différencie des autres créateurs.

Quel est votre plus rand rêve ?

C’est de voir mes marques : Fall Toure, Twareg et Blacktik portées partout tout le monde et que la FAALT (Fashion Art Academy of Lomé Togo) s’impose comme l’une des meilleures académies de mode à coté de celle d’Envers, de Milan, Paris, Londres et New York.


Où peut-on trouver la collection Fall Touré ?

On peut me trouver au Fall Toure showroom basé à Bruxelles en Belgique, Boulevard du Midi 36, 1000 Bruxelles et bientôt WebShop.

photos de l'émission

1

fin shoutbox -->