Le grand débat

Le Grand Débat 11/07/2018

Edition spéciale Fin de saison (II)
Place aux débatteurs pour un tour d’horizon des grands faits de l’actualité en Afrique, en Europe et dans le monde au cours de la saison 2017-2018 du Grand Débat.

Plateau du jour :
- Sadio Morel-Kanté, Journaliste
- Patrick Mboyo, Juriste Spécialisé en Droit public. Enseignant en Droit constitutionnel et Relations internationales à l’Université d’Evry. Auteur de «Les clauses sociales dans les marchés publics» aux Editions Les Impliqués. Distribué par les Editions L’Harmattan
- Emmanuel Nkunzumwami, Analyste politique. Essayiste. Membre du Parti Les Républicains. Dernier ouvrage publié : «La relance de l’Afrique» aux éditions L’Harmattan
- Dieunor Excellent, Conseiller municipal d’opposition à Villetaneuse. Porte-parole du Collectif «Villetaneuse Autrement»

Edition spéciale Fin de saison (II)

Place aux débatteurs pour un tour d’horizon des grands faits de l’actualité en Afrique, en Europe et dans le monde au cours de la saison 2017-2018 du Grand Débat. Plateau du jour : - Sadio Morel-Kanté, Journaliste- Patrick Mboyo, Juriste Spécialisé en Droit public. Enseignant en Droit constitutionnel et Relations internationales à l’Université d’Evry. Auteur de «Les clauses sociales dans les marchés publics» aux Editions Les Impliqués. Distribué par les Editions L’Harmattan- Emmanuel Nkunzumwami, Analyste politique. Essayiste. Membre du Parti Les Républicains. Dernier ouvrage publié : «La relance de l’Afrique» aux éditions L’Harmattan- Dieunor Excellent, Conseiller municipal d’opposition à Villetaneuse. Porte-parole du Collectif «Villetaneuse Autrement»

11 juillet 2018

Le Grand Débat - 10/07/2018

Edition spéciale Fin de saison

Place aux débatteurs pour un tour d’horizon des grands faits de l’actualité en Afrique, en Europe et dans le monde au cours de la saison 2017-2018 du Grand Débat.

Plateau du jour :
- Emmanuel Dupuy, Consultant Défense, Sécurité et Armement. Président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE). Délégué Général chargé des questions internationales des Centristes
- Benoit-Joseph Onambele, Ancien cadre membre du Conseil national du PS. Député suppléant, apparenté majorité présidentielle. Ancien cadre membre du Conseil national du Parti socialiste
- Jean-Claude De Souza, Conseiller municipal à la mairie de Stains
- Karine Oriot, Journaliste, présentatrice de l’émission «Regard extérieur» sur Canal 2 International

Edition spéciale Fin de saisonPlace aux débatteurs pour un tour d’horizon des grands faits de l’actualité en Afrique, en Europe et dans le monde au cours de la saison 2017-2018 du Grand Débat. Plateau du jour : - Emmanuel Dupuy, Consultant Défense, Sécurité et Armement. Président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE). Délégué Général chargé des questions internationales des Centristes- Benoit-Joseph Onambele, Ancien cadre membre du Conseil national du PS. Député suppléant, apparenté majorité présidentielle. Ancien cadre membre du Conseil national du Parti socialiste- Jean-Claude De Souza, Conseiller municipal à la mairie de Stains- Karine Oriot, Journaliste, présentatrice de l’émission «Regard extérieur» sur Canal 2 International

10 juillet 2018

Le Grand Débat - 09/07/2018

L’Afrique face au défi de la souveraineté sécuritaire

Comment les pays africains, confrontés à de multiples défis sécuritaires, pourraient-ils construire la paix par une meilleure maîtrise de leurs stratégies en matière de défense et de sécurité ? Cette question était au cœur de la Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique dénommée ASPACO, qui s’est tenue les 18 et 19 juin dernier à Rabat. Les opérations dites «de maintien de la paix» en cours sur le continent sont-elles adaptées à la réalité des situations ? Alors même que l'Afrique héberge le plus grand contingent de missions de maintien de la paix de l’Onu, quelles seront, dans un proche avenir, les capacités des pays africains à apporter des réponses endogènes à l’exigence de protéger les populations menacées par les nouvelles formes de violences ? Les systèmes de coopération militaires actuels peuvent-ils réellement favoriser une autotomie des régions et pays africains en matière de sécurité ? Invités :
- Hamidine Kane, Docteur en économie et en intelligence économique
- Léon Koungou, Chercheur en sciences politiques et en politiques de sécurité. Auteur de «Boko Haram, parti pour durer», aux éditions L’Harmattan
- Arthur Banga, Docteur en histoire des stratégies militaires. Spécialiste des questions de défense. Enseignant-chercheur à l'université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan
- Isselmou Ould Salihi, Journaliste. Spécialiste des groupes terroristes et des mouvements armés non étatiques

L’Afrique face au défi de la souveraineté sécuritaireComment les pays africains, confrontés à de multiples défis sécuritaires, pourraient-ils construire la paix par une meilleure maîtrise de leurs stratégies en matière de défense et de sécurité ? Cette question était au cœur de la Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique dénommée ASPACO, qui s’est tenue les 18 et 19 juin dernier à Rabat. Les opérations dites «de maintien de la paix» en cours sur le continent sont-elles adaptées à la réalité des situations ? Alors même que l'Afrique héberge le plus grand contingent de missions de maintien de la paix de l’Onu, quelles seront, dans un proche avenir, les capacités des pays africains à apporter des réponses endogènes à l’exigence de protéger les populations menacées par les nouvelles formes de violences ? Les systèmes de coopération militaires actuels peuvent-ils réellement favoriser une autotomie des régions et pays africains en matière de sécurité ?

Invités :- Hamidine Kane, Docteur en économie et en intelligence économique- Léon Koungou, Chercheur en sciences politiques et en politiques de sécurité. Auteur de «Boko Haram, parti pour durer», aux éditions L’Harmattan - Arthur Banga, Docteur en histoire des stratégies militaires. Spécialiste des questions de défense. Enseignant-chercheur à l'université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan- Isselmou Ould Salihi, Journaliste. Spécialiste des groupes terroristes et des mouvements armés non étatiques

09 juillet 2018

Le Grand Débat - 05/07/2018

L’Europe divisée face à la question migratoire

Après la réunion du 28 juin dernier des dirigeants des Etats membres de l’Union européenne portant sur l’accueil des migrants, les résolutions issues d’un «compromis » demeurent imprécises, voire floues, et attestent surtout d’une volonté de sauver les apparences de l’Union européenne en masquant les profondes divergences sur ce dossier. Trois semaines après l’affaire de l’Aquarius qui avait suscité un tollé, comment en effet trouver un réel compromis entre les partisans de la fermeture des frontières de l’Europe et ceux qui prônent un juste équilibre entre fermeté et humanité ? L’Europe est-elle menacée d’éclatement face à la question migratoire ? Invités :
- Josselin Dravigny, Doctorant en sciences politiques. Rédacteur en chef de la revue Migrations et Société
- Bernard Monot, Eurodéputé, groupe «Europe de la liberté et de la démocratie directe» (E.L.D.D.). Stratégiste économique. Membre de Debout La France. Ancien membre du Rassemblement national (ex Front national) et ancien conseiller économique de Marine Le Pen
- Boubacar Seye, Président de l’ONG Horizon sans frontières
- Marine De Haas, Responsable des questions européennes à La Cimade

L’Europe divisée face à la question migratoireAprès la réunion du 28 juin dernier des dirigeants des Etats membres de l’Union européenne portant sur l’accueil des migrants, les résolutions issues d’un «compromis » demeurent imprécises, voire floues, et attestent surtout d’une volonté de sauver les apparences de l’Union européenne en masquant les profondes divergences sur ce dossier. Trois semaines après l’affaire de l’Aquarius qui avait suscité un tollé, comment en effet trouver un réel compromis entre les partisans de la fermeture des frontières de l’Europe et ceux qui prônent un juste équilibre entre fermeté et humanité ? L’Europe est-elle menacée d’éclatement face à la question migratoire ?

Invités :- Josselin Dravigny, Doctorant en sciences politiques. Rédacteur en chef de la revue Migrations et Société - Bernard Monot, Eurodéputé, groupe «Europe de la liberté et de la démocratie directe» (E.L.D.D.). Stratégiste économique. Membre de Debout La France. Ancien membre du Rassemblement national (ex Front national) et ancien conseiller économique de Marine Le Pen- Boubacar Seye, Président de l’ONG Horizon sans frontières- Marine De Haas, Responsable des questions européennes à La Cimade

05 juillet 2018

Le Grand Débat - 04/07/2018

Le Soudan du sud est-il un Etat-fiction ?

Le 27 juin dernier, le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et le chef rebelle Riek Machar, ainsi que d’autres dirigeants de l’opposition signaient un énième accord de paix lors d’une cérémonie publique à Khartoum. Un accord aussi fragile que les précédents, l’histoire de ce jeune Etat créé en 2011 étant essentiellement marquée par une interminable guerre civile ayant fait des dizaines de milliers de morts, et près de 4 millions de personnes déplacées. Un conflit fratricide déclenché en 2013, et qui hypothèque l’existence de cet Etat.  Quelles sont encore les chances de survie du Soudan du sud ?

Invités :
- Mohamed Nagi, Rédacteur en chef du journal indépendant en ligne «Sudan Tribune»
- Marc Lavergne, Directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la Corne de l’Afrique
- Michel Raimbaud, Ancien ambassadeur de France au Soudan

Le Soudan du sud est-il un Etat-fiction ?Le 27 juin dernier, le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et le chef rebelle Riek Machar, ainsi que d’autres dirigeants de l’opposition signaient un énième accord de paix lors d’une cérémonie publique à Khartoum. Un accord aussi fragile que les précédents, l’histoire de ce jeune Etat créé en 2011 étant essentiellement marquée par une interminable guerre civile ayant fait des dizaines de milliers de morts, et près de 4 millions de personnes déplacées. Un conflit fratricide déclenché en 2013, et qui hypothèque l’existence de cet Etat.  Quelles sont encore les chances de survie du Soudan du sud ?Invités :- Mohamed Nagi, Rédacteur en chef du journal indépendant en ligne «Sudan Tribune»- Marc Lavergne, Directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la Corne de l’Afrique- Michel Raimbaud, Ancien ambassadeur de France au Soudan

04 juillet 2018

Le Grand Débat - 03/07/2018

Géopolitique du ballon rond

La 21ᵉ édition de la Coupe du monde de football se déroule cette année en Russie du 14 juin au 15 juillet.  Au-delà du prestige de l’organisation, quels sont les enjeux politiques et diplomatiques d’une coupe du monde de football ? Quels sont les mécanismes à l’œuvre dans les coulisses du sport pour transformer un événement festif en une opération de communication politique exceptionnelle ? Alors que le monde entier a les yeux dirigés vers la Russie, quel en sera le gain diplomatique pour ce pays et ses dirigeants ? Le stade est-il devenu, au fil du temps, un espace informel d’expression ou de résolution des tensions internationales ? Le football est-il aussi une arme politique pour les pays organisateurs ?

Invités :
- Jean-Baptiste Guégan, Journaliste et enseignant. Auteur de «Football investigation, les dessous du foot en Russie», aux Editions Bréal
- Yves Pozzo Di Borgo, Conseiller de Paris. Vice-président de l’UDI (Union des démocrates et indépendants). Président de l’Institut Lecanuet. Ancien sénateur. Ancien président du groupe d'amitié France-Russie
- Régis Genté, Journaliste. Spécialiste du Caucase et de la Russie. Correspondant pour le Figaro, RFI et France 24. Co-auteur avec Nicolas Jallot de «Futbol, le ballon rond de Staline à Poutine, une arme politique», aux Editions Allary et du film «Football, arme du KGB»

Géopolitique du ballon rondLa 21ᵉ édition de la Coupe du monde de football se déroule cette année en Russie du 14 juin au 15 juillet.  Au-delà du prestige de l’organisation, quels sont les enjeux politiques et diplomatiques d’une coupe du monde de football ? Quels sont les mécanismes à l’œuvre dans les coulisses du sport pour transformer un événement festif en une opération de communication politique exceptionnelle ? Alors que le monde entier a les yeux dirigés vers la Russie, quel en sera le gain diplomatique pour ce pays et ses dirigeants ? Le stade est-il devenu, au fil du temps, un espace informel d’expression ou de résolution des tensions internationales ? Le football est-il aussi une arme politique pour les pays organisateurs ?Invités :- Jean-Baptiste Guégan, Journaliste et enseignant. Auteur de «Football investigation, les dessous du foot en Russie», aux Editions Bréal - Yves Pozzo Di Borgo, Conseiller de Paris. Vice-président de l’UDI (Union des démocrates et indépendants). Président de l’Institut Lecanuet. Ancien sénateur. Ancien président du groupe d'amitié France-Russie - Régis Genté, Journaliste. Spécialiste du Caucase et de la Russie. Correspondant pour le Figaro, RFI et France 24. Co-auteur avec Nicolas Jallot de «Futbol, le ballon rond de Staline à Poutine, une arme politique», aux Editions Allary et du film «Football, arme du KGB»

03 juillet 2018

Le Grand Débat - 02/07/2018

Mali : Les racines de la crise sécuritaire Peut-on encore éviter l’effondrement du Mali ? C’est la question que nous posons à l’occasion de la parution d’un ouvrage intitulé «Les rébellions au Nord du Mali – Des origines à nos jours», co-écrit par Chogel Kokala Maïga et Issiaka Ahmadou Singaré. Comment expliquer la récurrence des rébellions dans le Nord du Mali depuis le début des années 90 ? Quelles sont les politiques aventureuses qui, au fil des années, ont fini par produire la déliquescence de l’Etat ? Comment, dans le contexte sécuritaire actuel, ne pas percevoir le rendez-vous électoral de la présidentielle du 29 juillet prochain, comme une fiction politique ?

Invités :
- Choguel Kokalla Maïga, Président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR). Ancien ministre de l’Industrie et du Commerce du Mali. Ancien ministre de l’Économie numérique, de l'Information et de la Communication. Auteur du livre «Les Rébellions au Nord du Mali : des origines à nos jours» co-écrit avec Issiaka Ahmadou Singaré, aux éditions Edis
- André Bourgeot, Anthropologue. Directeur de recherche émérite au CNRS. Spécialiste de la bande sahélo-saharienne

Mali : Les racines de la crise sécuritaire

Peut-on encore éviter l’effondrement du Mali ? C’est la question que nous posons à l’occasion de la parution d’un ouvrage intitulé «Les rébellions au Nord du Mali – Des origines à nos jours», co-écrit par Chogel Kokala Maïga et Issiaka Ahmadou Singaré. Comment expliquer la récurrence des rébellions dans le Nord du Mali depuis le début des années 90 ? Quelles sont les politiques aventureuses qui, au fil des années, ont fini par produire la déliquescence de l’Etat ? Comment, dans le contexte sécuritaire actuel, ne pas percevoir le rendez-vous électoral de la présidentielle du 29 juillet prochain, comme une fiction politique ?Invités :- Choguel Kokalla Maïga, Président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR). Ancien ministre de l’Industrie et du Commerce du Mali. Ancien ministre de l’Économie numérique, de l'Information et de la Communication. Auteur du livre «Les Rébellions au Nord du Mali : des origines à nos jours» co-écrit avec Issiaka Ahmadou Singaré, aux éditions Edis- André Bourgeot, Anthropologue. Directeur de recherche émérite au CNRS. Spécialiste de la bande sahélo-saharienne

02 juillet 2018

Le Grand Débat - 28/06/2018

Faut-il en finir avec le capitalisme ? Alors que l’économie libérale impose ses règles à l’ensemble de la planète depuis la fin de la Guerre froide, quelles sont les conséquences de ce «nouvel ordre mondial», notamment sur la vie des populations ? Quelles sont aujourd’hui les pensées alternatives susceptibles d’infléchir la toute-puissance du capitalisme financier ? L’objectif de ce système est-il de rendre le monde meilleur, ou d’assurer les profits des détenteurs de capitaux au détriment du plus grand nombre ? Quelle place pour ceux qu’on appelait jadis les masses laborieuses, dans un monde où l’action des Etats ne cesse de reculer devant la dictature du marché, ce pouvoir non élu producteur de misère et d’inégalités ? Autant de questions ravivées par le dernier livre en date de Jean Ziegler, intitulé «Le capitalisme expliqué à ma petite-fille, (en espérant qu’elle en verra la fin)». Un événement éditorial au cœur de ce numéro du Grand Débat.


Invités :
- Jean Ziegler, Ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation (2000-2008). Vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Dernier ouvrage paru : «Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille, (en espérant qu’elle en verra la fin)» aux éditions du Seuil
- Emmanuel Sala, Entrepreneur, acteur politique libéral. Membre de la section française du Gop (Grand Old Party – Parti Républicain)

Faut-il en finir avec le capitalisme ?

Alors que l’économie libérale impose ses règles à l’ensemble de la planète depuis la fin de la Guerre froide, quelles sont les conséquences de ce «nouvel ordre mondial», notamment sur la vie des populations ? Quelles sont aujourd’hui les pensées alternatives susceptibles d’infléchir la toute-puissance du capitalisme financier ? L’objectif de ce système est-il de rendre le monde meilleur, ou d’assurer les profits des détenteurs de capitaux au détriment du plus grand nombre ? Quelle place pour ceux qu’on appelait jadis les masses laborieuses, dans un monde où l’action des Etats ne cesse de reculer devant la dictature du marché, ce pouvoir non élu producteur de misère et d’inégalités ? Autant de questions ravivées par le dernier livre en date de Jean Ziegler, intitulé «Le capitalisme expliqué à ma petite-fille, (en espérant qu’elle en verra la fin)». Un événement éditorial au cœur de ce numéro du Grand Débat. Invités :- Jean Ziegler, Ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation (2000-2008). Vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Dernier ouvrage paru : «Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille, (en espérant qu’elle en verra la fin)» aux éditions du Seuil- Emmanuel Sala, Entrepreneur, acteur politique libéral. Membre de la section française du Gop (Grand Old Party – Parti Républicain)

28 juin 2018