Le grand débat

Le Grand Débat - 20/06/2018

Les défis de la justice internationale Après avoir condamné Jean-Pierre Bemba en première instance à 18 ans de prison en 2016, la Cour pénale internationale l’a finalement acquitté le 8 juin dernier, estimant qu’il n’avait pas été prouvé que l’ancien vice-président congolais avait le contrôle et le commandement de ses troupes en Centrafrique au moment des faits. Un acquittement qui sonne comme un désaveu pour le bureau du procureur en charge de l’enquête.  Accusée de ne traîner à la barre que des Africains, la CPI fait de plus en plus l’objet de critiques. Pourtant, elle suscite encore de nombreux espoirs pour les victimes de violences. Faut-il réformer la CPI ? Et comment garantir l’indépendance d’une justice soumise aux relations internationales ? Pour en parler : Doudou Diène, président la Commission d'enquête de l'ONU sur la situation des droits de l'homme au Burundi. Juan Branco, avocat, auteur de « L’Ordre et le Monde : critique de la Cour pénale internationale », paru chez Fayard Patrick Mboyo, Enseignant en Droit constitutionnel et Relations internationales à l'Université d'Evry

Les défis de la justice internationale

Après avoir condamné Jean-Pierre Bemba en première instance à 18 ans de prison en 2016, la Cour pénale internationale l’a finalement acquitté le 8 juin dernier, estimant qu’il n’avait pas été prouvé que l’ancien vice-président congolais avait le contrôle et le commandement de ses troupes en Centrafrique au moment des faits. Un acquittement qui sonne comme un désaveu pour le bureau du procureur en charge de l’enquête.  Accusée de ne traîner à la barre que des Africains, la CPI fait de plus en plus l’objet de critiques. Pourtant, elle suscite encore de nombreux espoirs pour les victimes de violences.

Faut-il réformer la CPI ? Et comment garantir l’indépendance d’une justice soumise aux relations internationales ?

Pour en parler :

Doudou Diène, président la Commission d'enquête de l'ONU sur la situation des droits de l'homme au Burundi.

Juan Branco, avocat, auteur de « L’Ordre et le Monde : critique de la Cour pénale internationale », paru chez Fayard

Patrick Mboyo, Enseignant en Droit constitutionnel et Relations internationales à l'Université d'Evry

20 juin 2018

Le Grand Débat - 18/06/2018

Edition spéciale
Entretien exclusif avec
Aristides Gomes, Premier Ministre de la République de Guinée Bissau  

Aristides Gomes est devenu depuis avril dernier, le septième Premier ministre nommé en trois ans en Guinée Bissau, dans un contexte de turbulences politiques orchestrées par le parti au pouvoir, le PAIGC. Présenté comme le Premier ministre «de consensus» tel que recommandé par les médiateurs de la Cédéao, Aristides Gomes aura la lourde tâche de tourner la page d’une longue crise politique qui a paralysé le fonctionnement des institutions depuis trois ans. Figure marquante de la scène politique bissau-guinéenne depuis quatre décennies, le nouveau Premier ministre parviendra-t-il opérer le retour à la normale tant attendu, dans un pays marqué par des crises à répétition avec de lourdes et durables conséquences l’impact sur la vie économique et sociale du pays ? Invités :
Aristides Gomes, Premier Ministre de la République de Guinée Bissau   Témoin invité :
- Vincent Foucher, Chercheur en sciences politiques au Centre national de recherche scientifique (CNRS) au Laboratoire Les Afriques dans le Monde (Lam). Analyste pour International Crisis Group

Edition spécialeEntretien exclusif avecAristides Gomes, Premier Ministre de la République de Guinée Bissau  Aristides Gomes est devenu depuis avril dernier, le septième Premier ministre nommé en trois ans en Guinée Bissau, dans un contexte de turbulences politiques orchestrées par le parti au pouvoir, le PAIGC. Présenté comme le Premier ministre «de consensus» tel que recommandé par les médiateurs de la Cédéao, Aristides Gomes aura la lourde tâche de tourner la page d’une longue crise politique qui a paralysé le fonctionnement des institutions depuis trois ans. Figure marquante de la scène politique bissau-guinéenne depuis quatre décennies, le nouveau Premier ministre parviendra-t-il opérer le retour à la normale tant attendu, dans un pays marqué par des crises à répétition avec de lourdes et durables conséquences l’impact sur la vie économique et sociale du pays ?

Invités :Aristides Gomes, Premier Ministre de la République de Guinée Bissau  

Témoin invité : - Vincent Foucher, Chercheur en sciences politiques au Centre national de recherche scientifique (CNRS) au Laboratoire Les Afriques dans le Monde (Lam). Analyste pour International Crisis Group

19 juin 2018

Le Grand Débat - 14/06/2018

La discrète révolution de la Fintech en Afrique

Le terme Fintech est une contraction de technologie financière. Une expression qui est apparue au milieu des années 80 dans la presse économique anglo-saxonne. Au début des années 2000, le terme s'installe dans l'air du temps, à l'heure des nouvelles technologies de l'information et de la communication, avec l'émergence des start-up. En exploitant les technologies du numérique et l'intelligence artificielle, certaines start-up réinventent les mécanismes de la finance et des échanges commerciaux. Une activité en pleine expansion en Afrique aujourd'hui. Un continent à la pointe des technologies financières avec environ 100 millions d'utilisateurs de portefeuilles électroniques. Alors que  les Africains représentent environ la moitié de tous les portefeuilles mobiles dans le monde, le continent est-il devenu la terre d'élection de la finance numérique ?

Invités :
- Maxime Tiague, Président de l'Express Union France
- Chrys Nyetam, Co-fondatrice du magazine Inspire Afrika
- Omar Cissé, Fondateur et directeur général de InTouch
- Antoine Djigbenou, Directeur de la stratégie et de la transformation digitale de la Compagnie ivoirienne d'électricité. Ancien consultant au sein du cabinet KPMG 

La discrète révolution de la Fintech en AfriqueLe terme Fintech est une contraction de technologie financière. Une expression qui est apparue au milieu des années 80 dans la presse économique anglo-saxonne. Au début des années 2000, le terme s'installe dans l'air du temps, à l'heure des nouvelles technologies de l'information et de la communication, avec l'émergence des start-up. En exploitant les technologies du numérique et l'intelligence artificielle, certaines start-up réinventent les mécanismes de la finance et des échanges commerciaux. Une activité en pleine expansion en Afrique aujourd'hui. Un continent à la pointe des technologies financières avec environ 100 millions d'utilisateurs de portefeuilles électroniques. Alors que  les Africains représentent environ la moitié de tous les portefeuilles mobiles dans le monde, le continent est-il devenu la terre d'élection de la finance numérique ?Invités :- Maxime Tiague, Président de l'Express Union France- Chrys Nyetam, Co-fondatrice du magazine Inspire Afrika- Omar Cissé, Fondateur et directeur général de InTouch- Antoine Djigbenou, Directeur de la stratégie et de la transformation digitale de la Compagnie ivoirienne d'électricité. Ancien consultant au sein du cabinet KPMG 

14 juin 2018

Le Grand Débat - 13/06/2018

L’après Mugabe au Zimbabwe

Le 30 juillet prochain, les électeurs zimbabwéens se rendront aux urnes pour les premières élections générales de l’ère post-Mugabe. A quoi ressemble le pays depuis la démission contrainte de Robert Mugabe, en novembre dernier ? Alors que le pays est toujours dirigé par le même parti dominant, la Zanu-PF, sur lequel s’est appuyé l’ex-président pendant 37 ans de règne, quel est le sens de la rupture prônée par les actuels dirigeants ? Face aux nombreux défis économiques et sociaux, en quoi les prochaines élections pourraient-elles dynamiser une scène politique, alors même que l’alternance au sommet de l’Etat et un changement significatif de système politique demeurent hautement improbables dans le pays ?

Invités :
- Victor Magnani, Coordonnateur de l'Observatoire de l'Afrique australe et des Grands Lacs à l'Ifri (Institut français des relations internationales)
- Thibaud Kurtz, Analyste géopolitique. Spécialiste de l'Afrique australe. Consultant indépendant

L’après Mugabe au ZimbabweLe 30 juillet prochain, les électeurs zimbabwéens se rendront aux urnes pour les premières élections générales de l’ère post-Mugabe. A quoi ressemble le pays depuis la démission contrainte de Robert Mugabe, en novembre dernier ? Alors que le pays est toujours dirigé par le même parti dominant, la Zanu-PF, sur lequel s’est appuyé l’ex-président pendant 37 ans de règne, quel est le sens de la rupture prônée par les actuels dirigeants ? Face aux nombreux défis économiques et sociaux, en quoi les prochaines élections pourraient-elles dynamiser une scène politique, alors même que l’alternance au sommet de l’Etat et un changement significatif de système politique demeurent hautement improbables dans le pays ?Invités :- Victor Magnani, Coordonnateur de l'Observatoire de l'Afrique australe et des Grands Lacs à l'Ifri (Institut français des relations internationales)- Thibaud Kurtz, Analyste géopolitique. Spécialiste de l'Afrique australe. Consultant indépendant

13 juin 2018

Le Grand Débat - 12/06/2018

RD Congo : Grandes manœuvres en vue de la présidentielle

Alors qu’une partie de l’opinion doute encore de la tenue effective des élections en décembre prochain en RD Congo, une atmosphère de pré-campagne semble s’installer progressivement dans le pays. Un contexte toujours marqué par des interrogations persistantes sur l’avenir politique du Président Joseph Kabila. Des interrogations renforcées par la récente création du Front commun pour le Congo (FCC), un mouvement placé sous l’autorité du chef de l’Etat congolais, et destiné à «soutenir un candidat unique de la majorité à la prochaine présidentielle». Quel est l’objet de cette coalition ? Face à ces grandes manœuvres au sein de la mouvance présidentielle, quelles sont les stratégies de riposte de l’opposition ? Les conditions sont-elles réunies pour une candidature commune de l’opposition en vue de la présidentielle ?

Invité spécial :
- Martin Fayulu, Député national en RD Congo. Président du parti d'opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé). Coordonnateur des Forces Acquises au Changement (FAC). Candidat à l’élection présidentielle en RD Congo

Témoin invité :
- Robert Kongo, Journaliste. Correspondant en France du journal «Le Potentiel» édité à Kinshasa

RD Congo : Grandes manœuvres en vue de la présidentielleAlors qu’une partie de l’opinion doute encore de la tenue effective des élections en décembre prochain en RD Congo, une atmosphère de pré-campagne semble s’installer progressivement dans le pays. Un contexte toujours marqué par des interrogations persistantes sur l’avenir politique du Président Joseph Kabila. Des interrogations renforcées par la récente création du Front commun pour le Congo (FCC), un mouvement placé sous l’autorité du chef de l’Etat congolais, et destiné à «soutenir un candidat unique de la majorité à la prochaine présidentielle». Quel est l’objet de cette coalition ? Face à ces grandes manœuvres au sein de la mouvance présidentielle, quelles sont les stratégies de riposte de l’opposition ? Les conditions sont-elles réunies pour une candidature commune de l’opposition en vue de la présidentielle ?Invité spécial :- Martin Fayulu, Député national en RD Congo. Président du parti d'opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé). Coordonnateur des Forces Acquises au Changement (FAC). Candidat à l’élection présidentielle en RD CongoTémoin invité :- Robert Kongo, Journaliste. Correspondant en France du journal «Le Potentiel» édité à Kinshasa

12 juin 2018

Le Grand Débat - 11/06/2018

Edition spéciale
Election présidentielle au Cameroun : Le temps des candidatures

Nouvelle édition consacrée à l’élection présidentielle prévue en octobre prochain au Cameroun. Suite de la revue des candidatures.
Au cœur de la campagne électorale, la question sécuritaire, mais aussi la capacité des aspirants à la magistrature suprême à apporter des réponses pertinentes à cette interrogation qui travaille la société camerounaise : à quoi ressemblera le Cameroun après plus de trois décennies de la présidence de Paul Biya ? Etat des lieux d’une période préélectorale au Cameroun avec, l’un des candidats déclarés, Jean-Blaise Gwet.

Invités :
- Jean-Blaise Gwet, Président du Mouvement Patriotique pour le Changement du Cameroun (MPCC). Chef d’entreprise. Candidat à l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun
- Moïse Essoh, Membre du Bureau Politique de l'UPC-Manidem (Union des populations du Cameroun). Responsable du CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora Camerounaise). Co-secrétaire du Front Uni de la Diaspora pour une Alternative au Cameroun

Edition spéciale Election présidentielle au Cameroun : Le temps des candidaturesNouvelle édition consacrée à l’élection présidentielle prévue en octobre prochain au Cameroun. Suite de la revue des candidatures. Au cœur de la campagne électorale, la question sécuritaire, mais aussi la capacité des aspirants à la magistrature suprême à apporter des réponses pertinentes à cette interrogation qui travaille la société camerounaise : à quoi ressemblera le Cameroun après plus de trois décennies de la présidence de Paul Biya ? Etat des lieux d’une période préélectorale au Cameroun avec, l’un des candidats déclarés, Jean-Blaise Gwet.Invités :- Jean-Blaise Gwet, Président du Mouvement Patriotique pour le Changement du Cameroun (MPCC). Chef d’entreprise. Candidat à l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun- Moïse Essoh, Membre du Bureau Politique de l'UPC-Manidem (Union des populations du Cameroun). Responsable du CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora Camerounaise). Co-secrétaire du Front Uni de la Diaspora pour une Alternative au Cameroun

11 juin 2018

Le Grand Débat - 07/06/2018

Côte d’Ivoire : Malaise autour de la parole présidentielle  

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, n’a pas écarté l’éventualité de sa candidature à un troisième mandat lors de prochaine présidentielle en 2020, considérant que la nouvelle Constitution l’en autorisait. Des propos qui ont soulevé un tollé au sein de l’opinion. Après deux mandats présidentiels consécutifs, quelles sont les intentions du président ivoirien ? Comment interpréter cette sortie présidentielle dans une Côte d’Ivoire encore hantée par les fantômes de la crise postélectorale de 2011 ? Au moment où des acteurs politiques estiment que le pays pourrait basculer dans une zone de turbulences à l’approche de la présidentielle de 2020, quel peut être l’impact sur la vie politique, à court terme, de ces propos du président Alassane Ouattara ?

Invités :
- Nestor Koffi, Membre du bureau politique du PDCI-RDA (Parti démocratique de Côte d’Ivoire)
- Philippe Kouhon, Journaliste à Afriki Press
- Fabrice Lago, 4ème secrétaire général adjoint chargé de la stratégie de communication, de la promotion, du marketing politique, des Actions et implications du Parti liées aux combats idéologiques de l’Union des Nouvelles générations (UNG)
- Joël-Célestin Tchétché, Président du forum pour la démocratie et la Liberté (Fdl)

Côte d’Ivoire : Malaise autour de la parole présidentielle  Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, n’a pas écarté l’éventualité de sa candidature à un troisième mandat lors de prochaine présidentielle en 2020, considérant que la nouvelle Constitution l’en autorisait. Des propos qui ont soulevé un tollé au sein de l’opinion. Après deux mandats présidentiels consécutifs, quelles sont les intentions du président ivoirien ? Comment interpréter cette sortie présidentielle dans une Côte d’Ivoire encore hantée par les fantômes de la crise postélectorale de 2011 ? Au moment où des acteurs politiques estiment que le pays pourrait basculer dans une zone de turbulences à l’approche de la présidentielle de 2020, quel peut être l’impact sur la vie politique, à court terme, de ces propos du président Alassane Ouattara ? Invités :- Nestor Koffi, Membre du bureau politique du PDCI-RDA (Parti démocratique de Côte d’Ivoire)- Philippe Kouhon, Journaliste à Afriki Press- Fabrice Lago, 4ème secrétaire général adjoint chargé de la stratégie de communication, de la promotion, du marketing politique, des Actions et implications du Parti liées aux combats idéologiques de l’Union des Nouvelles générations (UNG)- Joël-Célestin Tchétché, Président du forum pour la démocratie et la Liberté (Fdl)

07 juin 2018

Le Grand Débat - 06/06/2018

Fièvre politique à Madagascar

La nomination d’un nouveau Premier ministre, dit «de consensus», en la personne de Christian Ntsay permettra-t-elle de désamorcer la nouvelle crise qui agite la Grande Île depuis le mois d’avril ? Au-delà des séquences de cette montée de fièvre sur la scène politique, quels sont les véritables ressorts des crises politiques à répétition à Madagascar ? Quelles en sont les conséquences sur la vie de la population ? Que nous disent ces récurrentes tensions sur la culture et les desseins des acteurs politiques malgaches ?

Invités :
- Mireille Razafindrakoto, Economiste. Directrice de recherche à l'IRD (Institut de recherche en développement). Co-directrice avec François Roubaud et Jean-Michel Wachsberger de l’ouvrage collectif «Madagascar, d’une crise l’autre : ruptures et continuité» aux éditions Karthala
- Lala Haingo Rajaoarisoa, Journaliste
- Alice Rabemanantsoa, Chargée de mission de la présidence malgache. Membre de HVM France (Hery Vaovaon'i Madagasikara, le parti présidentiel)
- Gregory Sileny, Chargé de communication de TEM («Tous pour l’émergence de Madagascar», coalition de soutien à Andry Rajoelina)
- Christian Rasoamanana, Responsable Pôle développement des territoires au sein du parti ADN France (Arche de la Nation ou Antoka sy Dinan’ny nosy, en malgache)

Fièvre politique à MadagascarLa nomination d’un nouveau Premier ministre, dit «de consensus», en la personne de Christian Ntsay permettra-t-elle de désamorcer la nouvelle crise qui agite la Grande Île depuis le mois d’avril ? Au-delà des séquences de cette montée de fièvre sur la scène politique, quels sont les véritables ressorts des crises politiques à répétition à Madagascar ? Quelles en sont les conséquences sur la vie de la population ? Que nous disent ces récurrentes tensions sur la culture et les desseins des acteurs politiques malgaches ? Invités :- Mireille Razafindrakoto, Economiste. Directrice de recherche à l'IRD (Institut de recherche en développement). Co-directrice avec François Roubaud et Jean-Michel Wachsberger de l’ouvrage collectif «Madagascar, d’une crise l’autre : ruptures et continuité» aux éditions Karthala - Lala Haingo Rajaoarisoa, Journaliste - Alice Rabemanantsoa, Chargée de mission de la présidence malgache. Membre de HVM France (Hery Vaovaon'i Madagasikara, le parti présidentiel) - Gregory Sileny, Chargé de communication de TEM («Tous pour l’émergence de Madagascar», coalition de soutien à Andry Rajoelina)- Christian Rasoamanana, Responsable Pôle développement des territoires au sein du parti ADN France (Arche de la Nation ou Antoka sy Dinan’ny nosy, en malgache)

06 juin 2018

Le Grand Débat - 05/06/2018

Togo : Une crise sans issue

Dix mois après le déclenchement d’une nouvelle crise politique au Togo, le dialogue intertogolais destiné à produire des solutions demeure suspendu. Alors que l’opposition a annoncé la reprise de ses marches de contestation à partir du 6 juin, les regards sont désormais tournés vers la Cédéao pour initier les conditions d’une relance de ces pourparlers. Samedi dernier, des émissaires de la Cédéao ont rencontré à Lomé des délégations du parti présidentiel Unir-Togo et de la coalition des 14 partis de l’opposition, afin de mettre en place un nouveau cadre de discussions entre les protagonistes. Mais comment envisager un nouveau round de dialogue, alors même que chacune des parties campe sur ses positions ? Comment dépasser un dialogue de sourds qui a conduit à l’enlisement de cette crise togolaise ?


Invités :
- Koffi Nyazozo, Juriste. Membre de Codi Togo (coalition de la diaspora pour l’alternance et la démocratie)
- Godwin Tété, Historien. Ancien haut fonctionnaire des Nations Unies. Membre de l’ANC (Alliance nationale pour le changement)
- Nicodem Habia, Président du parti des démocrates et membre de la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14)

Togo : Une crise sans issueDix mois après le déclenchement d’une nouvelle crise politique au Togo, le dialogue intertogolais destiné à produire des solutions demeure suspendu. Alors que l’opposition a annoncé la reprise de ses marches de contestation à partir du 6 juin, les regards sont désormais tournés vers la Cédéao pour initier les conditions d’une relance de ces pourparlers. Samedi dernier, des émissaires de la Cédéao ont rencontré à Lomé des délégations du parti présidentiel Unir-Togo et de la coalition des 14 partis de l’opposition, afin de mettre en place un nouveau cadre de discussions entre les protagonistes. Mais comment envisager un nouveau round de dialogue, alors même que chacune des parties campe sur ses positions ? Comment dépasser un dialogue de sourds qui a conduit à l’enlisement de cette crise togolaise ?Invités :- Koffi Nyazozo, Juriste. Membre de Codi Togo (coalition de la diaspora pour l’alternance et la démocratie)- Godwin Tété, Historien. Ancien haut fonctionnaire des Nations Unies. Membre de l’ANC (Alliance nationale pour le changement)- Nicodem Habia, Président du parti des démocrates et membre de la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14)

05 juin 2018