JDA du Vendredi 28 Octobre 2011

28 octobre 2011
LIBRE ANTENNE MODERATEURS : Paul HEUTCHING, essayiste, éditeur, analyste politique Laurent DESPAS, journaliste, directeur de « koaci.com » d'Abidjan TUNISIE : - ACTU ?? « Ennahda » devient la première force politique du pays Selon les résultats définitifs publiés, jeudi 27 octobre, par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), le parti Ennahda a remporté les élections en Tunisie avec 41,70 % des voix et obtient 90 sièges sur les 217 sièges de la future Assemblée constituante. Les islamistes, qui avaient déjà revendiqué la victoire, deviennent de loin la première formation politique du pays. Ils sont suivis du Congrès pour la république (CPR) de Moncef Marzouki (13,82 % des voix), qui obtient 30 sièges. En troisième position, le parti de gauche Ettakatol (9,68 %) obtient 21 sièges. La surprise vient des listes Al-Aridah Chaabia, conduites par l'homme d'affaires Hechmi Haamdi, avec 8,19 % des voix et 19 sièges à l'Assemblée. L'ISIE a pourtant invalidé les listes d'Al-Aridah dans six circonscriptions, à Sidi Bouzid, Tatatouine, Sfax, Kasserine, Jendoub et dans la circonscription France-2. Les autorités électorales évoquent notamment "des irrégularités de financement". LIBYE ?? LA CHARIA : Le chef du Conseil national de transition libyen Moustapha Abdeljalil a suscité l'émoi en annonçant l'adoption de la charia en Libye. Va-t-on désormais couper les mains des voleurs en Libye? Les déclarations de Moustapha Abdeljalil, chef du Conseil national de transition (CNT) libyen, sur l'adoption de la charia comme base de la législation en Libye, dimanche, ont suscité des inquiétudes de l'autre côté de la Méditerranée. Il est toutefois revenu en arrière, en assurant "qu'en tant que Libyens nous sommes musulmans, mais musulmans modérés". Que représente exactement ce concept? Qu'est-ce que la charia? Littéralement, c'est la "voie d'accès à la loi divine". "C'est à l'origine une notion plus religieuse que juridique", souligne le juriste Baudouin Dupret, directeur du centre de recherches Jacques Berque, à Rabat : "Ce n'est que progressivement que l'on a eu tendance à vouloir incorporer des préceptes moraux dans la loi moderne". "La charia c'est à la fois des principes très généraux comme la justice, la tolérance, et des notions plus précises comme le droit de la famille où le droit pénal", explique Saïd Haddad, chercheur à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman. Libye : L'ONU met fin au mandat de l'OTAN en Libye Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté, jeudi 27 octobre, une résolution qui met fin au mandat autorisant le recours à la force en Libye. Le terme de l'opération est fixé au 31 octobre à 23 h 59, heure libyenne, en dépit des appels du gouvernement provisoire libyen pour sa prolongation. La décision a été prise à l'unanimité des quinze membres du Conseil de sécurité de l'ONU. Adoptée le 17 mars dernier, un mois après le déclenchement du soulèvement contre Mouammar Kadhafi, la résolution 1973 instaurait une zone d'exclusion dans le ciel libyen et autorisait "toutes les mesures nécessaires" pour assurer la protection des populations civiles face à l'armée de Mouammar Kadhafi. En conformité avec cette résolution, le Conseil de l'Atlantique Nord prendra très bientôt une décision clôturant l'opération Protecteur unifié au 31 octobre prochain", avait indiqué plus tôt le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Bernard Valero. La famille de Kadhafi porte plainte pour crimes de Guerre L'Alliance Atlantique qui avait pris fin mars le commandement des opérations en Libye dans le cadre d'un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU « pour protéger les civils » a été pointée du doigt à plusieurs reprises par la Russie et la Chine, qui l'ont accusé d'être intervenue en Libye dans l'objectif d'établir un « changement de régime », sous le couvert de la mission confiée par l'ONU. Elle est désormais accusée par la famille de Mouammar Kadhafi d'avoir orchestrée le meurtre de l'ex-dirigeant libyen, dont les circonstances du décès sont toujours floues. Sa famille a décidé ce mardi de porter plainte pour « crime de guerre » auprès de la justice pénale internationale de la Haye. AFRIQUE et ailleurs : mort des dictateurs et autocrates : « mourir au pouvoir dans la douleur ! ». La fin du régime de Kadhafi devrait servir de réveil à ces dictateurs africains actuels dont le pouvoir repose sur une brutalité d'?tat contre des personnes qu'ils sont censés protéger. Mouammar Kadhafi est mort humilié, comme un vulgaire, comme un rat après tous les honneurs et les opulences qu'il a accumulé pendant 42 ans de règne sans partage. On aimerait croire cette mort dans l'humiliation de Kadhafi servira de leçon et de conseil à d'autres dirigeants autoritaires d'Afrique : « Quelque soit la force d'une dictature, le règne de la poigne de fer prend inévitablement fin un jour ».