Podcasts

Le Grand Débat - 23/04/2018

Sénégal : Code électoral et discorde nationale

A un an d’une élection présidentielle, les députés de la majorité ont voté la semaine dernière une nouvelle loi électorale. Au cœur de cette révision du code électoral, une mesure imposant aux candidats à l’élection présidentielle un parrainage de 0,8 % du corps électoral, ce qui revient à disposer d’environ 52 000 signatures dans au moins la moitié des quatorze régions du pays. Alors que le pouvoir estime que ce texte de loi permettra de faire«progresser la démocratie», les opposants dénoncent un dangereux recul démocratique et une initiative destinée éliminer des adversaires politiques du président Macky Sall. Comment expliquer cette initiative de la majorité présidentielle, dans un contexte dominé depuis plusieurs mois par une crise de confiance croissante entre le pouvoir et l’opposition ?

Invités :
- Félix Atchadé, Membre du PIT (Parti de l'indépendance et du travail,
- Amadou Barry, Responsable en France du Secrétariat à la Vie Politique de la Convergence des Cadres Républicains de France (émanation de l’Alliance pour la République, APR, parti au pouvoir)
- Babacar Sall, Représentant de la «Plateforme de Paris», regroupant plusieurs partis politiques de l’opposition

Sénégal : Code électoral et discorde nationale

A un an d’une élection présidentielle, les députés de la majorité ont voté la semaine dernière une nouvelle loi électorale. Au cœur de cette révision du code électoral, une mesure imposant aux candidats à l’élection présidentielle un parrainage de 0,8 % du corps électoral, ce qui revient à disposer d’environ 52 000 signatures dans au moins la moitié des quatorze régions du pays. Alors que le pouvoir estime que ce texte de loi permettra de faire«progresser la démocratie», les opposants dénoncent un dangereux recul démocratique et une initiative destinée éliminer des adversaires politiques du président Macky Sall. Comment expliquer cette initiative de la majorité présidentielle, dans un contexte dominé depuis plusieurs mois par une crise de confiance croissante entre le pouvoir et l’opposition ?Invités :- Félix Atchadé, Membre du PIT (Parti de l'indépendance et du travail, - Amadou Barry, Responsable en France du Secrétariat à la Vie Politique de la Convergence des Cadres Républicains de France (émanation de l’Alliance pour la République, APR, parti au pouvoir)- Babacar Sall, Représentant de la «Plateforme de Paris», regroupant plusieurs partis politiques de l’opposition

24 avril 2018