Dépêches AFP

Kenya: un journaliste chinois brièvement arrêté (ambassade)

07 septembre 2018 à 12h47 Par AFP
La police kényane a brièvement arrêté vendredi un journaliste chinois, a annoncé l'ambassade de Chine à Nairobi, deux jours après la perquisition d'une chaîne de télévision chinoise dans le cadre d'une opération visant les étrangers en situation illégale. Des policiers ont pénétré dans les bureaux à Nairobi du quotidien chinois de langue anglaise China Daily, vérifiant les documents administratifs du personnel, avant d'emmener au commissariat le chef adjoint du bureau, Liu Hongjie."Son permis de travail est en règle. Ils ont même pu le vérifier en ligne depuis son bureau. Mais ils l'ont quand même embarqué", a dénoncé le porte-parole de l'ambassade de Chine, Zhang Ghang, ajoutant que le journaliste avait été relâché un peu plus tard.Mercredi, la police kényane a perquisitionné les bureaux de la chaîne de télévision en langue anglaise CGTN, propriété de l'Etat chinois, qui diffuse ses programmes à travers le monde, arrêtant brièvement huit journalistes et cinq employés.L'ambassade de Chine a protesté officiellement et exprimé sa "préoccupation" après une série d'incidents où des Chinois en situation régulière ont été emmenés au poste de police pour des vérifications.Le porte-parole du gouvernement kényan, Erick Kiraithe, a déclaré à l'AFP que le raid visant CGTN était une "erreur", sans autre précision."Le Kenya a reconnu des manières inadaptées en matière d'application de la loi et s'est excusé. Il a promis d'améliorer le comportement de ses agents de police sur le terrain afin d'éviter la répétition de ce genre de cas", a déclaré jeudi à Pékin Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.Les autorités kényanes ont lancé en août une vaste opération visant à arrêter les étrangers en situation illégale dans le pays, après avoir organisé une période de 60 jours où tous les étrangers vivant dans le pays ont dû faire revalider leur permis de séjour.La semaine dernière, le ministère de l'Intérieur a annoncé l'ouverture d'une ligne de téléphone permettant au public de dénoncer les étrangers en situation illégale, une décision dénoncée par Amnesty International, notamment.Le Kenya et la Chine entretiennent de bonnes relations diplomatiques. La Chine a par exemple financé 90% des 2,8 milliards d'euros pour la construction d'une ligne de chemin de fer reliant la ville côtière de Mombasa à Nairobi.Le président Uhuru Kenyatta a par ailleurs participé ces derniers jours à un sommet sur les relations entre la Chine et l'Afrique, à Pékin, où il devrait signer un accord sur le financement de la seconde phase de ce projet ferroviaire, qui doit relier l'Ouganda.