Actualité

Début de l'instruction dans l'affaire du viol collectif au Maroc

06 septembre 2018 à 15h35 Par AFP
Le juge d'instruction a entendu jeudi onze des douze accusés dans l'affaire de l’adolescente marocaine qui dit avoir été séquestrée et violée par un groupe d'hommes de son village, dans le centre du Maroc, a dit à l'AFP l'avocat de la plaignante. 

Ces auditions se sont tenues dans une ambiance tendue, a précisé Me Ibrahim Hachane, l'avocat de Khadija, 17 ans, dont l'histoire a suscité l'émoi au Maroc. 

Les prochaines ont été fixées au 10 octobre, date à laquelle les accusés ainsi que la plaignante seront entendus par le juge d'instruction. 

Un des proches de Khadija s'est dit jeudi "inquiet pour sa sécurité et celle de sa famille", affirmant à l'AFP qu'elle subissait "pressions et intimidations", évoquant des "effets sur son état psychologique".

Dans une vidéo diffusée le 21 août de façon virale sur Internet la plaignante racontait avoir été kidnappée, séquestrée, violée et martyrisée pendant deux mois par des jeunes de son village.

Son témoignage filmé, où elle montrait des tatouages obscènes et des traces de brûlures de cigarettes sur son corps, avait suscité une vague de solidarité.

Le hashtag #noussommestouskhadija accompagné d'un dessin de femme nue, tatouée, le visage barré d'un "SOS" a fait le tour des réseaux sociaux et une pétition demandant "justice pour elle" a récolté 115.000 signatures. 

Douze des agresseurs présumés de Khadija avaient été placés en détention préventive avec différents chefs de poursuite, allant de "traite d'être humain sur mineure", "viol", "torture et usage d'arme causant des blessures et séquelles psychiques", "constitution d'une bande organisée, enlèvement et séquestration" et "non-assistance à personne en danger".

Évoquant le cas de l'adolescente, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a déploré mercredi "l’absence d’un système intégré de protection de l’enfance au Maroc".

Le nombre d'affaires de viols traitées par la justice marocaine a doublé en 2017, passant de 800 en moyenne à 1.600.Ce crime est doublement douloureux pour les victimes, souvent considérées comme les premières coupables par une société empreinte de valeurs traditionnelles.

Le sujet est d'autant plus sensible dans le royaume qu'il fait écho à de précédents faits divers ayant ému l'opinion, impliquant des adolescentes dans des villages pauvres du pays.