Dépêches AFP

Côte d'Ivoire: le FPI demande lui aussi un report des élections locales

11 septembre 2018 à 18h32 Par AFP
L'aile dure du Front Populaire Ivoirien (FPI) fondé par l'ancien président Laurent Gbagbo a demandé mardi le report des prochaines élections locales d'octobre, réitérant sa demande de réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). Il y a dix jours, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), une des trois grandes formations politiques du pays, ancien membre de la coalition au pouvoir, avait lui aussi demandé un report du scrutin. "Le FPI, soucieux de la nécessité de sauvegarder la paix (...) exige le report sans conditions des élections locales du 13 octobre 2018, et l'ouverture sans délai des discussions inclusives en vue de la réforme et de la mise en place d'une CEI consensuelle", a déclaré Aboudramane Sangaré, le leader de cette aile du FPI, lors d'une conférence de presse à la résidence de Laurent Gbagbo. "Le boycott c'est vraiment une exception dans notre parcours. Nous voulons aller aux élections et nous ferons tout pour aller à ces élections locales et présidentielles. Nous irons à ces prochaines élections et nous nous donnerons les moyens justement pour que la CEI soit réformée", a-t-il précisé. La tendance Sangaré du FPI a boycotté tous les précédents scrutins (législatives et référendum 2016, présidentielle 2015)Les prochaines élections, municipales et régionales, sont prévues le 13 octobre. Et l'élection présidentielle, qui focalise déjà toute la classe politique ivoirienne, en 2020.Le FPI créé par l'ex-président Laurent Gbagbo traverse une crise qui oppose deux camps rivaux. Pascal Affi N'Guessan, l'actuel président officiel du parti, est contesté par le camp rival d'Aboudramane Sangaré, un proche de Gbagbo, présenté comme le "gardien du temple" et qui se dit président par intérim du parti.